Votre panier est vide  Votre compte

Blog

Hop Hop Galopons (HABA)

2389446 3 w

 

Nous choisissons de vous présenter ce jeu testé avec nos enfants que nous trouvons vraiment très bien pour le développement de l'observation et la prise de décision. Ce jeu permet également une première compréhension des règles de jeu, il se joue de 2 à 4 joueurs dès 3 ans jusqu'à 12 ans.

Il existe 3 variantes pour ce jeu.

 

Règle du jeu

Chaque joueur choisi un cheval et le met dans le pré qui est la case de départ.

Le jeu se joue à tour de rôle dans le sens des aiguilles d'une montre. C'est celui qui a caressé un cheval en dernier qui commence à défaut le plus jeune.

Le dé rouge indique de combien de caseS il faut avancer son cheval

Le dé bleu indique qu'elle pièce du puzzle on a le droit de prendre et de poser sur notre plateau.

Puis c'est au joueur suivant de lancer les dés.

La partie se termine quand un des joueurs a fini en premier de remplir son plateau et à ramener  également son cheval au box.

 

Les 3 variantes

La variante simple : Le jeu sera simplifié si l'on exécute les actions des deux dés.Si, pendant un tour, il n'y a plus de place pour poser la pièce de puzzle indiquée par le dé, on ne peut pas compléter son puzzle pour ce tour.

La variante saut d'obstacle : Avant de commencer à jouer poser 1 ou 2 obstacles au milieu du circuit sur n'importe quelle case. Les chevaux n'ont pas le droit d'aller sur les cases où se trouvent les obstacles et doivent sauter par dessus.

La variante 1 seul dé : Celui dont c'est le tour doit choisir un des deux dés avant de jouer.

Ma première pêche (HABA)

I21982 ma premiere peche mes premiers jeux haba

 

Nous choisissons de vous présenter un jeu testé avec nos enfants. Ce jeu développe le jeu libre et la coordination main-oeil. Il se joue de 1 à 4 joueurs dès 2 ans, la partie dure environ 10 minutes et il possède 2 variantes.

 

Règle du jeu

C'est le joueur qui aime bien manger du poisson qui commence, à défaut le plus jeune.

Le premier joueur lance le dé, si le dé annonce : 

  • Une couleur : Le joueur prend la canne à pêche et essaye de pêcher l'habitant de la même couleur que celle annoncée par le dé.                                                             Si le joueur réussi à pêcher l'habitant de la couleur correspondante, alors l'enfant prend le jeu de la couleur correspondante et le place sur sa plaquette. Le jouet est également représenté en tout petit sur l'habitant marin.                                                                                                                                                                                       Si le joueur a déjà récupéré le jouet de la couleur du dé, le tour de ce joueur est alors terminé.                                                                                                                       Si l'enfant n'a pas réussi, ce n'est pas grave il pourra réessayer au prochain tour.
  • Le poisson argenté : Le joueur prend la canne à pêche et essaye de pêcher le plus beau des poissons, le poissons blanc et argent.                                                                Si le joueur réussi il prend alors le jouet de son choix et le pose que sa plaquette.                                                                                                                                            Si le joueur attrape un autre poisson il ne récupère pas de jouet.

La partie se termine lorsqu'un joueur a compléter en premier sa plaquette.

 

Variantes 

  • Pêche rapide : Si le dé tombe sur une couleur et si le joueur a déjà récupéré le jouet correspondant, le joueur a le droit de pêcher encore une fois un habitant marin de cette couleur. Si la prise est réussie, le joueur pose alors n'importe quel jouet sur sa plaquette.
  • 1 seul joueur : Si le joueur obtient une deuxième fois avec le dé un habitant de la mer qu'il a déjà pêché, ou si le joueur a fais une mauvaise prise, il doit poser une pièce du puzzle sur sa plaquette.                                                                                                                                                                                                                                                        Si le joueur a pêché tous les habitants de la mer et si sa plaquette n'est pas complète, il gagne la partie. Par contre si a compléter sa plaquette avant que la pêche ne soit terminée, il perd alors la partie.

 

Pyramide d'animaux (HABA)

Pyramide danimaux petit format

 

Nous choisissons de vous présenter un jeu testé avec nos enfants. Ce jeu développe l'habileté, la motricité fine et la coordination main yeux. Il se joue de 2 à 4 joueurs dès 4 ans. Il existe 2 variantes.

 

Règle du jeu

Ce jeu se joue dans le sens des aiguilles d'une montre, c'est le joueur le plus jeune qui commence. Chaque joueur prend 7 animaux différents, le crocodile sera la base de la pyramide. Le premier joueur lance le dé, si le dé annonce : 

  • 1 point : Le joueur prend un animal de sa réserve et le pose prudemment sur un autre en se servant d'un seule main.
  • 2 points : Le joueur prend deux animaux dans sa réserve et les empile avec précaution.
  • Le crocodile : Le joueur prend un animal dans sa réserve et le pose le plus près possible de la mâchoire ou de la queue du crocodile de façon à ce que les deux animaux se touchent. La surface d'empilement va de cette façon être agrandie. Dès l'instant, les joueurs auront le droit de poser des animaux sur cet animal.  A chaque fois que le dé tombera sur ce symbole, le joueur pourra prendre un animal de sa réserve et le poser.
  • La main : Le joueur choisi l'un de ses animaux et le donne à n'importe quel joueur. C'est à lui maintenant de poser prudemment cet animal sur la pyramide d'animaux.
  • Le point d'interrogation : Les autres joueurs annoncent quel animal le joueur va devoir poser sur la pyramide d'animaux.

 

Si la pyramide s'effondre :

  • Si 1 ou 2 animaux tombent, le joueur qui a essayé de les poser les prend et les met dans sa réserve.
  • Si plus de 2 animaux tombent, le joueur empileur en prend 2 et les autres sont remis dans la boite.
  • Si toute la pyramide tombe, le joueur empileur prend 2 animaux. Le crocodile est à nouveau posé au milieu, les animaux sont remis dans la boite.
  • Si les animaux tombent sans que l'un des joueurs ne les ait touchés, ils sont remis dans la boite.

La partie se termine dès qu'un joueur n'a plus d'animaux devant lui.

 

Variante

  • Seul : Le but est d'empiler le plus d'animaux possible sans que la pyramide ne s'effondre.
  • Empileurs expérimentés
    • S'il y a moins de 4 joueurs, répartissez les animaux restant entre vous,
    • si les animaux tombent par terre, le joueur empileur doit alors prendre 5 animaux,
    • si celui dont c'est le tour de jouer n'a plus qu'un seul animal devant lui, il n'a plus le droit de lancer le dé. Il prend cet animal et le pose sur la pyramide.

Mon premier verger (HABA)

Mon premier verger 800bis

 

Nous choisissons de vous présenter un jeu testé avec nos enfants. Ce jeu développe le jeu libre, l'observation, les premières règles de jeu, le reconnaissance ainsi que la différenciation des couleurs et des formes. Ce jeu se joue de 1 à 4 joueurs dès 2 ans.

 

Règle du jeu :

On joue dans le sens des aiguilles d'une montre, celui qui a mangé une pomme en dernier commence à défaut le plus jeune. Le premier joueur lance le dé, si le dé annonce :

  • 1 couleur :  Le joueur cueille le fruit de la couleur du dé dans l'arbre correspondant et le met dans le panier. S'il n'y a pas de fruit dans l'arbre il ne se passe rien, le joueur suivant lance le dé.
  • Le panier de fruit :  Le joueur cueille n'importe quel fruit dans n'importe quel arbre. et le met dans le panier.
  • Le corbeau : Le joueur pose le corbeau sur la carte suivante du chemin, le corbeau se rapproche alors du verger.

Puis c'est au tour du joueur suivant.

Si les joueurs réussissent à cueillir tous les fruits avant que le corbeau n'arrive au verger ils gagnent la partie.

Si le corbeau dépasse la dernière carte du chemin, il se retrouve alors dans le verger avant que les fruits ne soient cueillis, les joueurs perdent tous la partie et le corbeau a gagné.

Mort subite du nourrisson et sommeil partagé selon le Docteur William SEARS

Mort subite du nourisson

 

Le SMSN (Syndrome de la Mort Subite du Nourrisson) est la principale cause de décès chez les bébés dont l'âge varie de 1 mois à 1 an. Comme son nom l’indique, le syndrome de mort subite du nourrisson (SMSN), parfois appelé mort au berceau, désigne la mort inattendue d’un bébé. Elle se produit généralement durant son sommeil : un tout-petit en bonne santé s’endort et cesse de respirer, sans causes médicales apparentes. Il est possible que le nourrisson victime du SMSN soit incapable de contrôler automatiquement sa respiration pendant le sommeil ou de se réveiller en réaction à un problème respiratoire.

 

Le sommeil actif (sommeil paradoxal) protège contre le SMSN. Des études sur le sommeil ont démontré que le début du sommeil stimule la respiration et le rythme cardiaque. En se basant sur les résultats les chercheurs ont émis l'hypothèse suivante : 

  • Le sommeil actif "protège" le bébé humain contre le SMSN. La prépondérance et la durée des phases de sommeil actif chez le nouveau-né expliquent pourquoi le bébé jouit d'une étonnante immunité contre le SMSN au cours du premier mois de vie. La période de risque maximale coïncide avec la diminution rapide de sommeil actif, entre l'âge de 2 et 3 mois. Vers l'âge de 6 mois, les mécanismes compensatoires cardiopulmonaires pendant le sommeil calme sont plus matures et le risque de décès (à cause d'une déficience de ces mécanismes) est réduit (BARKER et Mc Ginky, 1977).

En conclusion, le bébé n'est pas fait pour dormir toute la nuit avant d'être suffisament mature pour le faire en toute sécurité.

Le sommeil partagé "protège" contre le SMSN lorsqu'il est fait en respectant les règles que vous retrouverez dans cette brochure de l'UNICEF.

Le sommeil partagé réduit les risques de SMSN par : 

  • la conscience de l'autre : la mère est plus alerte aux stimulus respiratoires de son bébé,
  • il y a une harmonie respiratoire de la mère et de l'enfant qui rappelle au bébé de respirer,
  • il contribue à un développement accru : notamment pour les bébés allaités, de nombreuses tétées nocturnes et beaucoup de contacts physiques avec sa mère présentent un développement global accru, ce qui peut signifier un meilleur développement cardiorespiratoire et neurologique,
  • il a été remarqué que les bébés qui dorment avec leur mère ont tendance à davantage dormir sur le DOS ou sur le côté,
  • la stimulation tactile est accru lorsque le bébé tète et/ou se blottit contre le corps de sa mère qui bouge et qui respire,
  • pour les bébés allaités lors des tétées, le bébé est en phase de sommeil paradoxal et la succion améliore le taux en oxygène dans le sang,
  • l'allaitement surtout la nuit stimule le taux de prolactine qui aide la mère à être plus réceptive aux indices de son bébé,
  • le bébé qui dort avec sa mère et qui est allaité tète plus souvent. Il est important de savoir que le lait maternel offre une protection immunologique additionnelle entre l'âge de 3 et 6 mois, alors que l'efficacité du système immunologique du bébé est à son niveau le plus bas et que le risque de SMSN est à son niveau le plus élevé.

D'autres pratiques nocturnes peuvent réduire le taux de SMSN : 

  • Eviter de trop couvrir bébé,
  • offrir à son bébé un environnement de sommeil sécuritaire, 
  • Maintenez la pièce à une température confortable (18 °C ou 20 °C (64 °F ou 68 °F)) et faites-lui porter une combinaison de nuit,
  • Faites chambre commune avec votre bébé si cela ne vous met pas mal à l’aise et si vous dormez bien ainsi. La Société canadienne de pédiatrie recommande que les parents gardent la couchette de leur bébé dans leur chambre durant les 6 premiers mois de la vie du bébé,
  • l'absence tabagisme chez les parents, plusieurs études ont démontré qu'il y avait une corrélation entre le SMSN et le tabagisme chez les parents. Fumer durant la grossesse affecte le développement du foetus, augmente le risque de prématurité et de petit poids à la naissance ainsi que le risque de SMSN. L'exposition à la fumée après la naissance contribue également à hausser les risques de SMSN. Les toxines contenues dans la fumée de cigarette peuvent affecter le rythme cardiaque du bébé et donc sa respiration.

 

Etre parent la nuit

100 8935

 

D'après la lecture du livre du Dr William SEARS "Etre parent la nuit aussi", nous allons voir plusieurs questions que de nombreux parents peuvent se poser sur leur rôle la durant la nuit.

 

Où devrait dormir bébé ? Dans sa chambre ou en sommeil partagé ? 

En fait, l'endroit où (père-mère et enfant) dorment le mieux et où ils se sentent bien est l'arrangement idéal pour la famille.

 

Le sommeil partagé c'est lorsque le bébé dort dans le lit parental, ou dans un lit placé à côté du lit des parents.

 

Les avantages du sommeil partagé

  • le bébé dort mieux
  • la maman dort mieux
  • pour les mamans allaitantes il est plus facile d'allaiter
  • les nuits sont plus calment

 

Pourquoi les parents hésitent-ils ? :

  • l'influence de la société
  • les avis de certains professionnels de santé
  • la peur de la dépendance
  • la peur d'étouffer bébé
  • la peur du jugement de proches (famille, amis)

 

Doit-on laisser pleurer bébé ? :

Les conséquences pour la mère

  • déchirement , souffrance, culpabilité, perte de confiance en soi...
  • la mère qui va laisser pleurer son bébé va à l'encontre de ses réactions intuitives

 

Les conséquences chez le bébé

  • il va perdre confiance en ses parents et en lui
  • il va développer un sentiment d'abandon

 

Il est important de savoir que lorsque la mère dort près de son bébé, leurs cycles de sommeil sont synchronisés.

 

Le rôle du père la nuit

Le rôle du père la nuit est très important,

  • lorsque le papa s'implique tôt dans les soins apportés à son bébé, cela permet de créer un lien d'attachement plus rapidement et de meilleur qualité avec son enfant,
  • le papa appui la maman la nuit, la soutien, l'encourage, voir prends le relais si la maman en exprime le besoin,
  • le papa doit être attentif aux signes d'épuisement de la mère, à ce moment là il prend la relève et demande à la maman de s'occuper d'elle, de prendre soin d'elle.

 

 

Partagé votre lit avec bébé ce PDF est à télécharger gratuitement : Brochure UNICEF des consignes de sécurité.

 

 

 

 

 

 

Yakari dominos (ASS)

Sans titre 5

Nous choisissons de nous présenter un jeu testé avec nos enfants. C'est un jeu qui développe l'observation et la concentration. Ce jeu se joue de 2 à 4 joueurs dès 3 ans, la partie est d'environ 10 minutes.

Règle du jeu :

Chaque joueur reçoit 7 dominos Yakari. (7 dominos à 2 joueurs, 6 à 3 ou 4 joueurs) distribués face cachée. Le joueur ayant un double commence, à défaut le plus jeune si plusieurs joueurs ont des doubles.

Le joueur suivant pose à son tour le domino ayant le même dessin sur au moins un côté du domino précédemment posé. S'il n'a pas le domino, le joueur pioche alors un domino dans la pioche et passe son tour.

Le premier ayant posé tous ses dominos a gagné.

 

Pippo (GIGAMIC)

Sans titre 4

 

Nous choisissons de vous présenter un jeu testé avec nos enfants. C'est un jeu qui développe l'observation, la mémoire et la rapidité. ce jeu ce joue de 2 à 8 joueurs et dès 4 ans. Il dure environ 15 minutes.

Les animaux de Pippo le fermier sont des chevaux, des vaches, des chèvres, des chiens et des chats. Il manque à Pippo toujours l'une ou l'autre bête.

 

But du jeu :

Sur les cartes représentant les 4 animaux, il manque toujours le cinquième. Il faut donc repérer cette bête parmi les cartes étalées sur la table.

 

Règle du jeu :

Le joueur le plus jeune commence. Il retourne la première carte de la pile qui représente 4 animaux de 4 couleurs différentes. les joueurs doivent alors chercher l'animal manquant et la couleur manquante sur l'une des cartes ne représentant qu'un seul animal.

Dès que l'un des joueurs a découvert parmi les cartes l'animal manquant dans la couleur correcte, il pose vite le doigt sur la carte en question et dit "j'ai le chat rouge !" (par exemple. Il gagne alors la carte qui a été retrouvée et la pose devant lui.

Puis au joueur suivant de tirer une carte 4 animaux et ainsi de suite dans le sens des aiguilles d'une montre.

Le jeu se termine lorsque la dernière carte de la pile a trouvé propriétaire. Le joueur qui possède le plus de cartes a gagné.

 

Trouve le bon chemin (GOKI)

Sans titre 3

 

Nous choisissons de vous présenter un jeux testé avec nos enfants. C'est un jeu qui développe la manipulation, l'observation et la réflexion. Ce jeu se joue de 1 à 2 joueurs et dès 4 ans.

Le petit plus de ce jeu est qu'il est entièrement en bois. Son but est de relier les animaux les uns aux autres et ceux-ci ne peuvent se voir qu'en passant par les chemins.

 

Règle du jeu :

  • A 2 joueurs :

Le premier joueur retourne une des 20 cartes. 2 couples d'animaux y sont représentés. On doit leur construire un chemin. Le premier joueur doit construire un chemin entre ses 2 animaux. Il prend pour cela une pièce de puzzle appropriée. Après que le premier joueur ait posé sa pièce sur le plateau, le second joueur peut prendre à son tour une autre pièce et essai un chemin entre ses 2 animaux représentés sur la carte qu'il aura tiré. Les joueurs posent les pièces du puzzle chacun leur tour jusqu'à ce qu'un des joueurs ait construit le chemin entre ses animaux.

  • Seul :

Si l'enfant joue seul, il doit construire les chemins de façon à ce que les 2 couples d'animaux présents sur la carte puissent se rencontrer et cela sans barrer la route à l'autre couple.

Bata-Waf (DJECO)

Sans titre 2

 

Nous choisissons de vous présenter un jeux testé avec nos enfants. C'est un jeu qui développe l'observation et la rapidité. Ce jeu se joue de 2 à 4 joueurs et dès 3 ans.

C'est un jeu de bataille spécialement conçu pour les tous petits et le but est de récupérer toutes les cartes du jeu.

 

Règle du jeu :

Distribuer toutes les cartes. Chaque joueur pose son paquet de cartes devant lui face cachée.

Les joueurs retournent en même temps la première carte de leur paquet. Celui qui a mis la carte avec le chien le plus gros remporte le pli. Parfois il arrive que les joueurs retournent 2 cartes avec des chiens de même tailles.

Ils doivent alors dire "BATA-WAF". Ils mettent chacun au-dessus de leur carte une autre carte face cachée, puis encore une autre carte face découverte. Celui qui a mis la dernière carte avec le chien le plus gros remporte le pli.

L'avantage c'est que les enfants qui ne savent pas compter peuvent facilement repérer qui remporte le pli, en comparant la taille des chiens.

 

 

Le verger (HABA)

Sans titre

 

Nous choisissons de vous présenter un jeux testé avec nos enfants. C'est un jeu coopératif de mémoire. Il se joue de 1 à 4 joueurs dès 3 ans jusqu'à 99 ans. Il existe 1 variante pour ce jeu.

 

Règle du jeu :

On joue à tour de rôle dans le sens des aiguilles d'une montre. C'est le joueur qui a vu un corbeau en dernier qui commence. Si les joueurs ne trouvent pas la réponse, c'est le joueur le plus jeune qui commence.

Le joueur lance le dé, si le dé annonce :

  • 1 couleur :

Il faut retourner n'importe qu'elle plaquette de fruit. Si le fruit représenté correspond à la couleur du dé, le joueur met la plaquette dans son panier. Si le fruit représenté est d'une autre couleur, le joueur montre la plaquette aux autres joueurs et la repose à son emplacement face cachée.

  • Le panier :

Le joueur nomme alors un fruit, si le joueur sait sur quelle plaquette il y a ce fruit, il tente sa chance en retournant la plaquette correspondante. Si le joueur a retourné la bonne plaquette il la garde sinon il la montre aux autres joueurs et la repose à son emplacement.

  • Le corbeau :

Il faut alors que le joueur avance le corbeau d'une case sur le plateau correspondant et qu'il ne retourne aucune plaquette.

 

Si les joueurs ont récupéré toutes les plaquettes de fruit avant que le corbeau ne soit arrivé au verger (dernière case) ils gagnent alors la partie contre le corbeau.

Si, à l'inverse, le corbeau arrive au verger avant que les joueurs aient récupéré tous les fruits alors le corbeau a été plus rapide et celui-ci aura gagné le partie contre les joueurs.

 

La variante :

"Compétition"

Le jeu se joue de la même façon, en tenant compte de la différence suivante :

Si les joueurs ont récupéré toutes les plaquettes avant que le corbeau arrive au verger chacun empile ses plaquettes et celui qui aura la plus grande pile aura gagné la partie. En cas d'égalité, il y a plusieurs ganants.

 

 

 

 

 

Partenariat avec l'association Aline Mamancaline

Fb img 1439302567626           

Nous avons l'honneur de vous annoncer que notre association se met en partenariat avec l'association Aline Mamancaline à compter du mois de septembre 2015.

 

Voici une présentation de cette association. 

 

L'association mamancaline a pour but d'accompagner les parents à la périnatalité : la conception, la grossesse, la naissance, le portage, l'allaitement maternel et autres sujets traitant de la maternité et de l'enfance de façon à favoriser des relations parents-enfants en leur apportant aide et soutien, et permettre aux parents de sortir de l'isolement.

Pour cela, l'association utilisera tous moyens adéquats qui pourront être déterminés par le Conseil d'Administration, en particulier en créant des lieux de rencontres et d'informations pour les parents, en organisant des séances d'informations techniques et des conférences sur les thèmes ci-dessus mentionnés ainsi que des sujets similaires.

 

L'association propose des ateliers "apprendre à porter son enfant", "danse-portage", massage ayurvédique bébé Shantala, massage en famille (ou à l'école), accompagnement à la naissance par une doula, massage ayurvédique pour la femme enceinte, le soin Rebozo après l'accouchement (ou autre moment-clé de sa vie de femme), des moments rien que pour les femmes sous la Tente Rouge. A la rentrée, l'association aimerait proposer des cafés-parents.

LOCATION :

de livres sur la maternité, l'allaitement, le portage, la CNV...

de portes-bébés physiologiques (écharpes tissées, tricotées, slings, préformées, meitaïs),

de couches lavables (TE1, TE2, couche+culotte, insert).

 

Les ressources de l'association proviennent

-des cotisations annuelles des membres de l'association,

-de subventions susceptibles d'être accordées par l'Etat, la région, le département, la commune et leurs établissements publics,

-de dons sous forme pécuniaire ou matérielle,

-de recettes provenant de services ou de prestations fournies par l'association,

-de ventes de services liés à l'objet de l'association

-de toutes autres ressources autorisées par les textes législatifs et réglementaires.

LE LIEN DU SITE

http://www.mamancaline.com

LE LIEN FACEBOOK 

http://www.facebook.com/aline.mamancaline

 

Les alternatives à la punition

Img 0025

 

De nombreux adultes pensent que si le comportement inapproprié de leurs enfants persiste c'est que la punition n'a pas été assez sévère.

Mais qu'est-ce qu'une punition ?

 

La punition est l'action de punir, d'infliger un châtiment corporel ou psychologique, une peine à un coupable.

 

Hummm, mais quelle belle définition nous avons là.... Et si nous étudions comment l'enfant peut ressentir untel acte au fond de lui-même, ce que cela peut déclencher au fond de sa pensée et ce que cette punition provoque comme prise de décision chez l'enfant.

 

LA PUNITION

L'ENFANT

Son RESSENTI

Sa PENSEE

Ce qu'il va DECIDER

Humiliation

Honte

Colère

Haine

Angoisse

Peur

Incompréhension

Agressivité

Perte de confiance en soi

Douleur

Trahison

Tu es méchant

Tu ne m'aimes pas

Je ne lâcherai pas

J'ai peur

Je ne te ferai plus confiance

Je suis nulle

Je ne vaux rien

Je suis méchant

Je suis inutile

 

Tu vas me le payer

Je n'oublierai pas

Je vais me venger

Je ne ferai pas ce que tu veux

Je vais m'en aller

Je coupe les ponts

Je ne te fais plus confiance

Je ne te parle plus

Je vais me débrouiller tout seul

 

Nous pouvons donc remarquer que la punition engendre beaucoup de ressentis, pensées et actions négatives chez l'enfant :

 

  • La punition incite à :
    la REBELLION

  • le RETRAIT

  • la REVANCHE

  • la RANCOEUR

 

En Discipline Positive, ENV, CNV, parentalité bienveillante, nous allons explorer des pistes qui sont des alternatives à la punition, car OUI OUI et RE RE RE OUI on peut guider un enfant quand il se trompe, dans le respect et avec fermeté, sans l'humilier, car OUI l'ERREUR est un DROIT et surtout un DEVOIR quand on apprend.

 

  1. Les conséquences naturelles

 

La première alternative à la punition est l’expérience des conséquences naturelles. On va laisser à l'enfant faire l'expérience des conséquences de son choix.

 

Ex : Un enfant ne veut pas déjeuner le matin en se levant, plutôt que de rentrer dans un conflit, valider son ressenti en lui disant que vous comprenez qu'il n'a pas faim, et que dans ce cas il attendra l'heure de midi pour son prochain repas. Evidement dans la matinée il va venir vous dire qu'il a faim, à ce moment-là ne surtout pas lui dire « ah je t'avais prévenu » mais plutôt l'encourager en lui disant que vous savez qu'il a faim et qu'effectivement cela ne doit vraiment pas être facile. Lui dire également que vous avez confiance en lui et qu'il est capable d'attendre l'heure du repas pour manger.

 

En général, les parents qui essaient cette technique rapportent que l'enfant apprend très vite des conséquences naturelles de ses choix et que pour le coup après 2 ou 3 fois il va se mettre à table et manger de lui-même et dans le calme.

 

Evidemment, on ne peut appliquer cette alternative qu'à partir du moment où il n'y a pas de danger pour l'enfant, où les conséquences n'interfèrent pas avec le droit des autres. Quand le résultat du comportement de l'enfant ne le touche pas, c'est que ces conséquences naturelles ne sont pas efficaces.

 

  1. Les conséquences logiques

 

La seconde alternative à la punition est le rappel des conséquences logiques. Elle demande l'intervention d'un adulte et incite l'enfant à faire une expérience utile dont le but et d'encourager l'enfant à choisir un comportement plus raisonnable.

 

Ces conséquences logiques doivent être reliées, respectueuses, révélées à l'avance et raisonnables.

 

Ex : un enfant, veut, sur son bureau, faire un dessin, donc des feutres et une feuille.

 

En premier lieu en donnant la feuille et les feutres l'adulte va poser le cadre en expliquant à l'enfant que le dessin se fait sur la feuille et qu'à la fin de l'activité si le bureau est sale il faudra le nettoyer.

 

Quand le parent remonte, évidemment l'enfant a dessiné sur son bureau, l'adulte rappelle le cadre posé lors du début de l'activité, et selon l'âge de l’enfant l'aide, l'accompagne et le fait nettoyer son bureau de façon à réparer cette attitude inappropriée. Évidement le tout en ENCOURAGEANT et non en l'humiliant.

 

  1. La recherche de solutions

 

La troisième alternative à la punition est la recherche de solutions. Ces solutions doivent être reliées, respectueuses, raisonnables et aidantes.

 

Pour cela :

  • Se rappeler qu'il faut du temps aux apprentissages, des étapes, des paliers ;

  • Impliquer l'enfant et définir les règles de fonctionnement avec lui ;

  • Autoriser l'enfant à faire l'expérience de ses choix ;

  • Chercher des solutions ENSEMBLE avec l'enfant.

 

La recherche de solutions va se centrer sur des encouragements, du positif, de la réflexion, de l'auto-évaluation, des responsabilisations. Il est important d'encourager l'enfant à faire mieux ou différemment, les solutions permettent donc de s'appuyer sur des outils qui peuvent être :

 

  • Temps d'Echange en Famille (TEF)

  • Se centrer sur les solutions plutôt que sur les conséquences

  • Créer des routines

  • Offrir des choix limités

  • Demander de l'aide à l'enfant

  • S'occuper de la croyance qui se cache derrière le comportement

  • Décider de ce que nous allons faire avec l'enfant

  • Accorder nos actes et nos paroles

  • Emettre un geste affectif

  • Aider les enfants à explorer les conséquences de leur choix plutôt que de leur imposer

  • Exprimer de l'empathie, de la compréhension tout en restant ferme

  • Lutter contre l'idée que l'enfant a d'abord besoin de se sentir dévalorisé avant de s'améliorer.

  • les 3R de la REPARATION

  • Ne pas oublier les 4R de la punition (Rancœur, Revanche, Rébellion et Retrait)

Le Temps d'Echange en Famille selon le livre la Discipline Positive de Jane NELSEN

Img 0041

 

Qu'est-ce qu'un temps d'échange en famille ?

 

C'est un peu comme une réunion de famille, qui dure environ 15 à 30 minutes et que l'on essaye de faire une fois par semaine. Il permet de s'apprécier de façon positive, de se concentrer ensemble sur des solutions et de développer les compétences sociales. Les enfants peuvent commencer le Temps d'Echange en Famille dès 4-5 ans.

 

Les objectifs du TEF :

  • s'apprécier et se remercier ;

  • s'aider les uns les autres ;

  • résoudre des problèmes et pratiquer la recherche de solutions ;

  • se faire plaisir et planifier une activité familiale.

 

Quels sont ses bénéfices :

  • il développe le sentiment d'appartenance ;

  • il favorise la coopération ;

  • il apprend à exprimer de la gratitude ;

  • il permet de renforcer les traditions et valeurs familiales ;

  • il permet d'utiliser les erreurs comme des opportunités d'apprentissage.

 

Comment mettre en place un TEF ?

 

  • Il faut tout d'abord choisir un lieu propice, en dehors des repas, s'installer autour d'une table ou en cercle dans le salon.

  • Avoir un bâton de parole

  • Avoir un Président et un secrétaire sur la base du volontariat : le président organisera le déroulé du TEF et le secrétaire prendra les notes.

 

En résumé le TEF permet d'enseigner les compétences sociales telles que :

  • l'écoute ;

  • le partage d'idées ;

  • le respect mutuel ;

  • l'importance du temps de pause avant la résolution de problèmes ;

  • l'intérêt pour l'autre ;

  • la coopération ;

  • les responsabilités ;

  • le développement du sentiment d'appartenance.

 

 

Pour les parents le TEF permet :

  • d'éviter les luttes de pouvoir en partageant le contrôle de façon respectueuse (la coopération) ;

  • de favoriser l'auto-discipline ;

  • d'écouter d'une façon qui invite les enfants à écouter aussi ;

  • de partager respectueusement les responsabilités ;

  • de créer de bons souvenirs en établissant des traditions familiales ;

  • d'être exemple de compétences que nos enfants auront ensuite envie de transmettre à leurs enfants.

 

ATTENTION ET IMPORTANT :

 

LORS DU TEF, LE BATON DE PAROLE TOURNE A TOUR DE ROLE DANS LES MAINS DE CHAQUE MEMBRE DE LA FAMILLE ; LE MEMBRE QUI A LE BATON DE PAROLE PARLE SI LE DESIRE ET SI NE LE SOUHAITE PAS IL PEUT LE DONNER A SON VOISIN. LORSQUE LA PERSONNE QUI A LE BATON DE PAROLE PARLE IL EST IMPORTANT DE RESPECTER CE TEMPS DE PAROLE ET DE NE PAS INTERVENIR. SI UNE PERSONNE VEUT INTERVENIR ELLE LE FERA QUAND LE BATON DE PAROLE SERA DANS SES MAINS.

 

CECI POUR GARDER LE CALME, LE RESPECT, L'ECOUTE.

 

Réduction de l'activité de l'association pendant quelques mois.

100 6269

Bonjour à  tous,

Je viens vous écrire un petit message, pour vous signaler que l'activité de l'association va se réduire un peu pendant quelques mois. 

En effet, nous attendons notre troisième merveille pour fin décembre et comme nous le savons tous en tant que parents pratiquant la CNV et l'éducation bienveillante, la famille est importante et la relation que l'on construit avec ce petit être en devenir l'est aussi.

Par conséquent, j'ai pris la décision de me pencher en priorité sur ma famille et mon bébé pour préparer son arrivée et également quelques mois après la naissance pour que tout le monde trouve ses repères en toute bienveillance,respect et équilibre.

C'est pour cela que les cafés-parents se stopperont jusque Mai 2016, prendre soin de ma famille, de ce bébé et de moi devient ma priorité.

Je reste disponible bien évidement sur la page de l'association, sur le groupe des adhérents, je continuerai à publier sur cette page et à tenir le site, vous pourrez également (pour les adhérents) passer à la maison pour déposer et reprendre des livres à l'emprunt dans la bibliothèque de notre association. 

Je vous demanderez juste de m'appeler ou de m'envoyer un mail à associationlinstantdouceur@gmail.com pour que l'on programme ces visites. 

Je vous remercie de votre compréhension à tous et vous remercie pour votre fidélité.

Je vous souhaite une bien belle journée.

L'accord et l'accord avec l'adolescent

Img 0100

 

L'accord est un outil de Discipline Positive vraiment efficace quand il est bien établ que l'on évite, les pièges qui le font échouer et qu'il a un suivi efficace.

 

Comment avoir un accord efficace ?

 

  • Avoir une discussion amicale :

    • Exprimer ses ressentis

    • admettre que c'est notre problème et demander de l'aide.

      « J'ai un problème avec les serviettes de la salle de bain qui sont toujours par terre, j'ai besoin que tu m'aides, que pourrait-on faire ? »

    • demander la version des faits à l'enfant

  • Réfléchir ensemble aux solutions possibles

  • Se mettre d'accord sur la solution que l'on va suivre de façon précise

  • S'attendre à ce que l'accord ne soit pas respecté

 

 

Quels sont les pièges qui font échouer l'accord ?

 

  • Vouloir que notre enfant ait les mêmes priorités que nous

  • Rentrer dans le jugement

  • Ne pas inclure une date, une heure ou un moment précis

  • Ne pas maintenir de dignité et de respect pour les personnes

 

Comment suivre l'accord de façon efficace ?

 

  • Utiliser des commentaires simples :

    • « Je remarque que notre accord n'est pas respecté, ton cartable est toujours dans le couloir. »

  • En réponse aux objections :

    • « Quel était notre accord ? »

  • Sans réponse de l'enfant :

    • Faire un SILENCE + dire ET ?

  • « Merci de respecter notre accord. »

 

 

L'accord avec les adolescents selon la Discipline Positive pour les Adolescents de Jane NELSEN

 

  1. Identifier le problème et faire une observation.

« J'ai remarqué qu'on a un problème avec............ (Remplir le blanc avec le problème). J'aimerai qu'on puisse trouver une autre façon de gérer ce qui nous pose problème à tous les deux. J'aimerai qu'on se prenne tous les deux au sérieux et que cette discussion ne soit pas un moment où l'on s'agresse, se blesse ou que l'on cherche qui est le coupable ? »

 

2. L'adolescent donne son point de vue et ses ressentis. Ecouter

« Quel est ton point de vue sur la situation ? Qu'est ce que tu ressens ? »

 

3. Reformuler ce qu'il vient de dire en utilisant cette phrase :

« Tu te sens …................  car ….......... et tu aimerais............  Y a t il autre chose ? »

 

4. Faire une appréciation

« Merci de partager tes préoccupations avec moi, maintenant je te comprends mieux »

 

5. Donner son point de vue et ses ressentis

Parler en JE

 

6. Demander à l'adolescent de reformuler ce que vous venez de dire

« Qu'as tu entendu comme étant ma problématique ? »

« Qu’as-tu compris de ma problématique »

7. Faire une appréciation

« Merci de m'avoir entendu(e),écouté(e), ca fait du bien de se sentir compris(e) »

 

8. Réfléchir ensemble à des solutions

 

9. Evaluer et Choisir une solution

« Je sais que l'on a des points de vue différents. Trouvons une solution qui nous convienne à tous les deux. »

 

10. Planifier comment la solution va être mise en œuvre et pour combien de temps

 

11. Se mettre d'accord sur une date et une heure pour revoir comment la solution fonctionne.

 

12. Faire une appréciation

« Merci de faire ça avec moi, j'apprécie tes efforts.

Les comportements inappropriés (complément au café du 09 Mai 2015)

Img 0025

 

Un comportement inapproprié c'est :

  • Un manque de connaissance ou de conscience de ce qui est attendu

  • Un manque de compétence dans la pratique

  • Un comportement qui correspond en fait au stade de développement « normal » de l'enfant

  • Un comportement par le cerveau reptilien

  • Un enfant découragé dans la poursuite d'un objectif mirage qui exprime un besoin d'importance et d'appartenance.

 

Il est bon de porter un nouveau regard sur les comportements inappropriés et de regarder ceux-ci comme des opportunités d'apprentissage. C'est un défi passionnant, pour nous parents, que de regarder les comportements inappropriés de nos enfants comme autant d'opportunités d'apprentissages.

 

Lors d'un comportement inapproprié se cache sous celui-ci un objectif mirage. Ces objectifs mirages vers lesquels tend l'enfant quand il se sent découragé sont au nombre de 4 et sont :

  • Accaparer l'ATTENTION

  • Prendre le POUVOIR

  • Prendre une REVANCHE

  • Confirmer sa croyance d'INCAPACITE

 

Pour cibler l'objectif mirage il existe un outil très utile utiliser en discipline positive qui s'appelle la Grille d'Identification des besoins.

 

Vous retrouverez la Grille d'Identification des besoins ici

 

Nous allons voir comment s'utilise cette grille.

 

Tout d'abord il est important de s'intéresser à ce que l'on ressent en tant qu'adulte (colonne 2)

 

Ensuite, il est bon de savoir que la nature de l'émotion que nous ressentons nous permet ensuite de repérer l'objectif mirage de l'enfant et ce qu'il essaye d'obtenir ou de prouver (colonne 1)

 

De plus, les colonnes 3 et 4 décrivent la façon dont l'adulte et l'enfant ont tendance à réagir.

 

Encore, la colonne 5 représente la croyance de l'enfant qui se cache derrière ce comportement inapproprié et qui alimente des objectifs négatifs identifiés.

 

Enfin, la colonne 6 implique en premier lieu le BESOIN PROFOND de l'enfant :

  • REMARQUE-MOI IMPLIQUE-MOI

  • LAISSEZ-MOI PARTICIPER DONNEZ-MOI DES CHOIX

  • AIDEZ-MOI.... JE SOUFFRE INTERIEUREMENT

  • NE ME LAISSEZ PAS TOMBER TENDEZ-MOI LA MAIN

sont ensuite expliquées dans cette même colonne, les pistes que l'adulte peut utiliser pour encourager l'enfant en répondant à ses besoins.

 

 

 

Pour cette recherche de solutions il est important que celles-ci soient :

  • Reliées c’est-à-dire liées à la problématique

  • Respectueuses

  • Raisonnables

  • Tournées vers le futur

  • Aidantes c’est-à-dire UTILES et EDUCATIVES

 

La recherche de solution est un outil qui permet à chacun de partager ce qui est important pour lui, et il enseigne également le sens des responsabilités et la résolution de problèmes.

Ce qui, dans cette logique, fait de l'erreur ou de l'incident une magnifique opportunité d'apprentissage.

 

EX : L'enfant refuse de faire ses devoirs car il sait que c'est important pour ses parents

 

Sentiment et attitude de l'adulte : BLESSE, DÉÇU, DEGOUTE, PERTE DE CONFIANCE EN SOI

 

Sentiment et attitude de l’enfant : AGRESSIVITE, COLERE, MENSONGE/OMISSION, INERTIE

 

Si nous prenons la grille d'identification des besoins, nous nous rendons compte que cela implique l'objectif mirage Prendre une REVANCHE (rendre les choses égales).

 

Dans ce cas il est suggéré de :

  • Ne pas riposter

  • Valider les émotions, faire savoir à l'enfant que l'on remarque qu'il est en colère et blessé et lui préciser qu'on aimerait en reparler avec lui quand il se sentira mieux.

  • Utiliser l'écoute active, c'est un concept développé à partir des travaux du psychologue américain Carl ROGERS. Elle est également nommée écoute bienveillante. Initialement conçue pour l'accompagnement de l'expression des émotions, elle est opérationnelle dans les situations de face-à-face où le professionnel écoute activement l'autre. Elle consiste à mettre en mots les émotions et sentiments exprimés de manière tacite ou implicite par l'interlocuteur. L'écoute active est plus fine que la reformulation en ce qu'elle ne se limite pas à dire autrement ce qu'une personne vient d'exprimer, mais de décoder la dimension affective généralement non verbalisée.

  • Fixer un cadre avec l'enfant

  • Lui expliquer l'intérêt de finir ses devoirs

  • Lui demander son ressenti, son point de vue, lui proposer de le mettre à l'ordre du jour du prochain conseil de Famille

  • Montrer que l'on est concerné

  • L'encourager sur les points forts.

 

Les relations, les émotions et les conflits dans la fratrie

Img 0658

 

Nous allons voir ici comment nous parents pouvons accompagner nos enfants dans leurs relations frère / sœur.

 

Pour commencer il faut savoir que la naissance d'un petit frère ou d'une petite sœur peut perturber le ou les aînés dans ses émotions, son ressenti et sa place dans la famille.

On peut alors constater à ce moment-là, l'apparition de :

  • comportements régressifs

  • comportements agressifs autant dans la famille qu'à l'école

  • apparition de pathologie (bégaiement, eczéma, psoriasis, etc.)

  • perte de confiance en soi et repli sur soi

 

Selon Nicole Prieur, le lien parent / enfant est un lien de filiation et frère sœur est un lien de sang. Ce qui occasionne que l'aîné se construit sur une perte, celle de l'exclusivité et que les autres se construisent sur un manque, celui de ne jamais avoir papa et maman pour lui seul.

Il est important de savoir que les enfants ne comprennent pas le second degré.

Exemple : lors de l'annonce d'une grossesse à l'entourage en présence des enfants, les remarques humoristiques pour les adultes sont particulièrement difficiles à vivre pour les enfants : une famille avec 2 garçons s'entend dire : « vous devez être heureux d'avoir ENFIN une FILLE »

Les enfants peuvent alors comprendre que leurs parents ne soient pas heureux d'avoir des garçons.

 

Le sentiment de jalousie est un mélange d'émotion :

  • La colère (la tromperie)

  • La peur (d'être quitté)

  • Tristesse (suis-je moins bien ?)

 

Il est par conséquent important d'écouter l'enfant qui est empli de ces émotions, de les valider. Quand l'enfant développe une colère, il se produit comme un Tsunami en lui et il a besoin d'un adulte pour l'aider à aller mieux. Le laisser seul n'est pas une solution, l'enfant seul n'arrivera pas à se calmer.

 

Lorsque l'enfant a ces comportements inappropriés ce n’est pas qu'il ne veut pas mais qu'il ne peut pas faire autrement. La construction du cerveau se termine vers 26 ans.

 

Dans un précédent article du site, la vidéo du cerveau dans la main du Dr SIEGEL explique le fonctionnement de ce dernier.

http://instant-douceur.e-monsite.com/blog/questions-bienveillance-et-fermete-temps-de-pause-et-les-3r-de-la-reparation.html

 

Lors d'un conflit entre frère et sœur, les situations conflictuelles ont souvent le même déclencheur, et il est donc conseillé d'établir un cadre et des règles pour faire de la prévention afin de faire en sorte que la situation ne devienne pas conflictuelle.

 

Selon le Dr Haim G Ginott « toutes les émotions sont légitimes, tous les comportements ne sont pas acceptables.

 

Exemple dans le cas d'un enfant qui tape, mord et/ou insulte :

« Tu as le droit d'être en colère contre ton frère ou ta sœur et dans cette maison on se fait des câlins, des bisous et on se respecte. »

 

 

Le guider en lui donnant des outils ou les comportements appropriés à avoir :

« Quand tu es en colère tu peux lui dire, j'en ai marre que tu rentres dans ma chambre sans frapper, je suis en colère parce que mordre, taper et insulter me fait mal et me blesse ».

 

D’après le DR Haim G Ginott « il ne faut pas confondre le comportement et la personne ».

 

Les parents vont intervenir lors d'un conflit dans la fratrie dans le but de :

  • les protéger (s'il y a un danger)

  • leur enseigner les outils de communication

  • leur apprendre qu'ils peuvent gérer leurs conflits seuls en étant autonome et responsable (recherche de solutions à faire ensemble avec l'enfant).

 

Concernant les comportements inappropriés, ils cachent souvent des objectifs mirages de l'enfant, vous y trouverez dans ce lien une grille vous aidant à les identifier et à aider l'enfant.

http://instant-douceur.e-monsite.com/blog/les-comportements-inappropries-cafe-parents-du-9-mai-2015.html

 

On ne peut pas obliger nos enfants à s'aimer, on peut les obliger à se respecter. Il est impératif d'apprendre à l'enfant les comportements socialement acceptables.

61gcfzs4evl71bi e3ggpl 1

Ces livres sont en emprunt à la bibliothèque de l’association pour les membres adhérents.

 

Les comportements inappropriés - Café Parents du 9 mai 2015

Img 0097

 

Tout d'abord, l'association souhaite la bienvenue aux nouveaux adhérents et remercie les parents de leur chaleureuse présence à ce café.

 

Lors de ce café nous avons échangé et partagé sur les comportements inappropriés de nos enfants.

 

Lors d'un comportement inapproprié se cache sous celui-ci un « objectif mirage ». Ces objectifs mirages vers lesquels tend l'enfant quand il se sent découragé sont au nombre de 4 et sont :

  • Accaparer l'ATTENTION
  • Prendre le POUVOIR
  • Prendre une REVANCHE
  • Confirmer sa croyance d'INCAPACITE

 

Pour cibler l'objectif mirage, il existe un outil très utile employé en discipline positive qui s'appelle la grille d'identification des besoins Grille d identification des besoins gib derriere les comportements discipline positivegrille-d-identification-des-besoins-gib-derriere-les-comportements-discipline-positive-.pdf (78.72 Ko).

1

2

3

4

5

6

L'ojectif mirage de l'enfant est :

Quand le parent / enseignant se sent

 Et qu'il tend à réagir ainsi

La réponse en retour de l'enfant tend à être la suivante : 

La croyance de l'enfant cachée derrière le comportement est probablement :

Message codé (besoin véritable) Ce que le parent / l'enseignant peut faire pour encourager l'enfant et lui apporter une réponse appropriée

Accaparer l'attention

Ennuyé

Agacé

Irrité

Inquiet

Coupable

Essaye de persuader l'enfant de faire...

Fait pour, à la place de l'enfant,

Répète / rabâche les consignes

Arrête momentanément mais recommence plus tard. Ne stoppe que s'il a une attention exclusive

« je compte seulement quand on me remarque ou que j'obtiens une attention spécifique »

« je ne suis important que si tu es centré(e) sur moi / que tu ne t'occupes que de moi / que je t'ai pour moi seul »

Remarquez-moi – Impliquez-moi

 

Réorienter en impliquant l'enfant dans des tâches, responsabilités.

Dire les choses une seule fois et agir. « Tu comptes pour moi et je passerai un moment avec toi plus tard. »

Eviter une attention trop exclusive plannifier des moments d'attention non partagée.

Mettre en place des routines Instaurer et utiliser des signaux, des codes de langage non verbal.

Saisir les opportunités d'apprentissages.  Pratiquer les TEF ou TEC

Prendre / avoir le pouvoir (être le chef en situation de maîtrise)

Provoqué

Défié

Menacé

 Perdant

Va à l'affrontement

Cède Pense : « tu ne t'en tireras pas comme ça ! » ou « je vais te forcer »

Veut avoir raison

Accentue son comportement

Défie / provoque / se soumet à contrecoeur.

Sent qu'il a gagné quand l'adulte s'énerve

Se met en maîtrise passive

« je n'appartiens que lorsque c'est moi le chef ou que je contrôle, que je me sens en position de force ou en prouvant que personnene peut me commander »

« vous ne pouvez pas me forcer »

Laissez-moi participer – Donnez moi des choix

 

Reconnaître que vous ne pouvez pas le forcer, mais lui demander de l'aide

Offrir deds choix limités et appropriés.

Se retirer du conflit et prendre de la distance.

Etre Ferme ET Bienveillant

Décider de ce que vous allez faire. Agir

Laisser les routines faire autorité.

Se faire aider par l'enfant pour établir des limites raisonnables, et les mettre en pratique.

Réorienter vers une maîtrise positive.  Pratiquer TEF ou TEC

Prendre une revanche (rendre les choses égales)

Blessé

Déçu

Ayant perdu confiance

Dégouté

Riposte

Se met à égalité.

Pense : «  Comment peux-tu me faire une chose pareil ? »

Prend les choses à titre personnel

Riposte / Réplique

Fait mal aux autres

Abîme le matériel Se met à égalité Accentue son comportement, ou trouve un autre angle d'attaque.

« je n'ai pas de sentiment d'appartenance, je souffre dont je fais mal aux autres tout comme moi j'ai mal »

Je ne peux pas être aimé.

Aidez-moi – Je souffre intérieurement

 

Prendre soin des sentiments de souffrance. « Ton comportement me montre combien tu te sens mal, pouvons nous en parler ? »

Utiliser l'écoute Active Ne pas se sentir visé.

Partager ses sentiments (« je... »).

S'excuser. Eviter punition ou réplique.

Montrer que l'on est concerné.

Encourager les points forts  Pratiquer TEF ou TE

Confirmer sa « croyance » d'incapacité. (baisser les bras, se sentir seul, abandonné)

Impuissant

Démuni / désarmé Sans espoir

Incapable

Baisser les bras.

Fait à la place de l'enfant. Surprotège

Montre son manque de confiance

Accentue son retrait

Reste passif

Ne s'améliore pas / ne progresse pas. Ne réagit pas.

Evite d'essayer

« je ne crois pas que je puisse appertenir, donc je vais prouver aux autres qu'il n'y a rien à espérer de moi » (confirmation de la croyance)  « je ne peux pas aider / contribueret je suis nul : inutile d'essayer, je vais rater »

Ne me laissez pas tomber – Tendez-moi la main

 

Saisir les opportunités d'apprentissage.

Se fixer des étapes intermédiaires.

Rendre la tâche plus simple jusqu'aux 1er succès de l'enfant.

Montrer que vous avez confiance. Na pas vous apitoyer.

Encourage toute initiative positive même minime.

Ne pas baisser les bras.  Apprécier votre enfant.

Construire à partir de ses centres d'intérêt.

Encourager, Encourager, ENCOURAGER.  Pratiquer TEF ou TEC

 

 

Puis nous avons été conduits à définir et partager sur les différentes familles éducatives que voici :

 

Il existe 4 styles de familles éducatives.

  • Celle où la fermeté est FORTE et la bienveillance est NULLE. Dans cette famille règne :

◦        Soumission/révolte

◦        sadisme

◦        estime de soi basse

◦        autoritarisme

◦        humiliation

◦        violence

◦        punitions psychiques ou corporelles

 

  • Celle où la Fermeté et la Bienveillance sont NULLES. Dans cette famille règne :

◦        bazar

◦        indifférence

◦        insécurité

◦        manque de repères

◦        manque de respect          

 

  • Celle où la fermeté est NULLE et la bienveillance est FORTE. Dans cette famille règne :

◦        Enfants ROIS

◦        laisser-aller

◦        égoïsme

◦        danger

◦        frustrations

◦        colères, caprices

 

  • Celle où la fermeté et la bienveillance sont FORTES. Dans cette famille règne :

◦        confiance

◦        respect

◦        humour

◦        responsabilisation

◦        amour

◦        empathie

◦        gratitude

 

 

 

Lire la suite

Compliments et encouragements - Café-parents du 7 mars 2015

Compliments encouragements

 

Voici le texte qui a servi de base à notre discussion lors du Café-parents du 7 mars 2015.

 

 

Lire la suite