Votre panier est vide  Votre compte

école

La Classe Inversée

Flipped classroom 1 copie modifiee fr

La classe inversée, qu'est-ce que c'est ?

La classe inversée est une approche qui inverse la nature des activités d'apprentissage en classe et à la maison, ce qui amène une modification des rôles traditionnels d'apprentissage. Autrement dit, les élèves doivent impérativement étudier leurs cours chez eux, pour que les activités en classe deviennent plus concrètes pour eux. Durant les heures « apprentissages », ces derniers ne feront que des exercices d’applications et découvertes. Ce n'est plus l'enseignant qui apporte des connaissances d’un nouveau chapitre, mais il aidera l’élève pour la compréhension des notions importantes et aura plus de temps pour suivre l’élève au cas par cas.

Contrairement à une classe « traditionnelle » les enseignants ne dépensent pas leur énergie dans la première étape : les élèves peuvent la franchir par eux-mêmes. Au xxie siècle l'accès à l'information est devenu très facile, en particulier grâce à sa disponibilité sur Internet ou sur des logiciels spécifiques.

La classe inversée amène plus d’activités ludiques. L’enseignant peut s’accorder plus le temps lors de manipulation en classe, lui permettant ainsi de guider les élèves, en les assistant au moment de l'assimilation de l'information et de la création de nouvelles idées

Cette méthode permet en classe, le travail en groupes d'élèves pour résoudre des problèmes, de manière plus fréquente.

Traditionnellement, l'enseignement se déroule en deux étapes. Tout d'abord, il y a le transfert d'informations : les enseignants communiquent le savoir. Ensuite, les étudiants assimilent le savoir et doivent être capables de l'utiliser dans les exercices. L'un des problèmes que pose ce modèle d'enseignement est qu'il donne le rôle actif à l'enseignant et le rôle passif à l'élève. Plus l'enseignant est actif, moins les élèves se sentent impliqués dans le processus. La classe inversée vise à inverser les étapes, afin de donner le rôle actif aux élèves.

Les principes méthodiques fondamentaux de la classe inversée selon lui sont des apprentissages à travers la découverte, la résolution des problèmes par soi-même, des activités orientées, en somme cela encourage plus d’autonomie chez l’apprenant. Concrètement, cette méthode d’enseignement obéit à ces principes :

  • L’organisation de son temps de travail
  • Avec des objectifs de travail hebdomadaires
  • Des travaux pratiques
  • Un projet d’enseignement.
  • Une ouverture au niveau organisationnel : Règlement des conditions générales (le lieu, le temps…)
  • Une ouverture méthodique : un dispositif d’apprentissage qui met l’élève en avant
  • Une ouverture sur les contenus : élaboration des programmes dans un plan d’enseignement plus ouvert.
  • Une ouverture sociale : définition des objectifs comme la gestion des classes, l’ensemble des cours, un plan d’enseignement à long terme, les rapports sociaux, les conditions de travail, l’élaboration des règles…
  • Une ouverture personnelle : rapport entre professeur/ élève ou élève/élève

Les recherches ?

Deux chercheurs québécois en sciences de l’éducation, Steve Bissonnette et Clermont Gauthier, ont réalisé en 2012 une méta-analyse de plus de 250 articles traitant de l’impact de la classe inversée sur l’apprentissage des élèves. Faute de données probantes, les deux chercheurs conseillent en l’état de « plutôt faire la classe à l’endroit qu’à l’envers »

Vincent Faillet, également chercheur en sciences de l’éducation, a conduit en 2014 une étude sur la classe inversée dans des cours de science d’un lycée parisien. Ses travaux révèlent que « les élèves de bon niveau en sciences dans le système de classe traditionnelle sont globalement moins performants en classe inversée alors que les élèves de niveau plus faible dans la classe traditionnelle sont plus performants dans le système de classe inversée ». Pour Faillet, « cette inversion de la performance est à rapprocher avec une adaptation des élèves de bon niveau au système traditionnel et une tendance à travailler plus pour les élèves de moins bon niveau lorsqu’ils sont dans un système de classe inversée ». Une telle pénalisation des « bons élèves », bien que souvent observée, ne doit pas occulter les bénéfices qui sont notés pour les élèves plus en difficulté.

Dans une étude expérimentale de 2015, des chercheurs américains et brésiliens relativisent l’impact de l’inversion du cours. Ces chercheurs ont comparé deux groupes qui suivaient un cours de biologie, le premier en format classe inversée, le second en format plus traditionnel12. Aucune différence en termes de résultats ou de motivation n’a pu être relevée entre les deux situations d’apprentissage. Selon ces universitaires, les bénéfices souvent attribués à la classe inversée seraient en réalité le fruit de la pédagogie actve qui accompagne la classe inversée.

 

Heureux à l'école tout commence à la maison

71woj xhf0l

Tout d'abord petit rappel de la législation : 

Le 16 Juin 1881,l'instruction devient obligatoire et gratuite pour tous les enfants de 6 à 13 ans. L'obligation d'instruction se prolonge jusqu'à 14 ans en 1936 puis jusqu'à 16 ans en 1959.

ATTENTION : nous disons bien INSTRUCTION pas école

 

En dehors de l'éducation nationale il existe 3 pédagogies :

  • FREINET qui travaille sur la coopération, en faisant travailler les enfants en binômes et qui considère l'enfant comme une personne à part entière avec sa propre personnalité et comme un être autonome.
  • MONTESSORI qui considère l'enfant comme un être unique et une personne digne d'intérêt, qui prête son attention sur son environnement et donne autant d'importance à l'intellectuel qu'à la motricité
  • STEINER qui a pour bases fondamentales, la spiritualité la nature et la relation à celle-ci, qui prends en compte que chaque situations vécues est une opportunité d'apprentissage.

Dans ce livre l'auteur Nathalie de BOISGROLLIER nous parle également de l'importance de jouer AVEC et DANS la nature, cette dernière contribue à résoudre de nombreux troubles tel que : 

  • l'hyperactivité
  • prise de poids et diabète,
  • hypertension
  • dépression, stress

et que cette nature permet d'améliorer :

  • sens de l'observation
  • concentration et créativité
  • motricité et mobiilité
  • acquisition du langage
  • aptitudes et cohésion sociales 

Nathalie de BOISGROLLIER, nous indiquent également les besoins qu'a l'enfant pour bien apprendre à l'école tels que se connaître soi-même, connaître ses buts, ses rêves, avoir un environnement stimulant, sécurisant et enrichissant,savoir identifier ses émotions et vivre avec, avoir des responsabilités etc...

Elle nous rappelle également combien le jeu est important et favorise l'apprentissage et le respect des règles, permet de compter, de travailler la mémoire, la logique, la motricité fine. Le jeux motive et inspire l'enfant et permet la libération des émotions, de les exprimer, du coup de les identifier.

L'auteur nous rappelle aussi qu'avoir de la motivation et un lien d'attachement est très important pour que l'enfant soit heureux à l'école.

En Discipline Positive, un enfant découragé est un enfant qui va chercher à confirmer une croyance d'incapacité.

L'ojectif mirage de l'enfant est :

Quand le parent / enseignant se sent

Et qu'il tend à réagir ainsi

La réponse en retour de l'enfant tend à être la suivante :

La croyance de l'enfant cachée derrière le comportement est probablement :

Message codé (besoin véritable) Ce que le parent / l'enseignant peut faire pour encourager l'enfant et lui apporter une réponse appropriée

Confirmer sa « croyance » d'incapacité. (baisser les bras, se sentir seul, abandonné,

découragé)

Impuissant

Démuni / désarmé Sans espoir

Incapable

Baisser les bras.

Fait à la place de l'enfant. Surprotège

Montre son manque de confiance

Accentue son retrait

Reste passif

Ne s'améliore pas / ne progresse pas. Ne réagit pas.

Evite d'essayer

« je ne crois pas que je puisse appertenir, donc je vais prouver aux autres qu'il n'y a rien à espérer de moi » (confirmation de la croyance) « je ne peux pas aider / contribueret je suis nul : inutile d'essayer, je vais rater »

Ne me laissez pas tomber – Tendez-moi la main

Saisir les opportunités d'apprentissage.

Se fixer des étapes intermédiaires.

Rendre la tâche plus simple jusqu'aux 1er succès de l'enfant.

Montrer que vous avez confiance. Na pas vous apitoyer.

Encourage toute initiative positive même minime.

Ne pas baisser les bras. Apprécier votre enfant.

Construire à partir de ses centres d'intérêt.

Encourager, Encourager, ENCOURAGER. Pratiquer TEF ou TEC

 

Notons qu'il est excellent de tenter de mettre en place avec les enfants 3 à 5 minutes de méditation quotidienne.

 

Petit point important sur le HARCELEMENT SCOLAIRE dans cet article Le harcèlement scolaire

 

En conclusion, pour qu'un enfant soit heureux à l'école il a a besoin: 

  • d'activités cognitives, créatives, physiques et en lien avec la nature
  • d'un champ émotionnel et relationnel

C'est un livre dont j'ai très apprécié la lecture et qui contient des piste de réflexions que j'aime beacoup. Merci Nathalie de BOISGROLLIER

×