Votre panier est vide  Votre compte

règles

La Discipline Positive à l'honneur

Voici un article très interessant qui nous montre bien que la Discipline Positive n'est pas une méthode à toute épreuve mais bel et bien un travail de coopération Parents/Enfant. Merci à Psychologie Magazine

Screenshot 2016 11 23 18 03 17 1

Screenshot 2016 11 23 18 03 33 1

Conférence Discipline Positive

14608685 704796759668505 2446339271980274096 o

 

Ce vendredi 7 octobre 2016, a eu lieu à Beynes, la première conférence interactive sur la Discipline Positive une pédagogie basée sur l'encouragement. 

Le mot "Discipline" vient du latin Disciplina, "action d'instruire" et dans la même veine on trouve discipulus qui signifie "Celui qui suit un modèle ou celui qui reçoit l'enseignement".

Nous avons abordé tout au long de cette conférence la présentation et l'origine de la Discipline Positive et également quelques outils à travers des ateliers interactifs.

Chacun de nous a une valeur et mérite un droit à la dignité et au respect. La BIENVEILLANCE consiste à faire preuve de respect envers l'enfant et la FERMETE consiste à faire preuve de respect avec le cadre et ce qui doit être accompli.

Que signifie ENCOURAGER ?

Rudolf Dreikurs disait "L'encouragement est à l'enfant ce que l'eau est la plante, Il ne peut vivre sans"

Encourager est le faire d'insuffler la force, de stimuler, d'aiguillonner. Nous sommes parents et nous donnons des racines à nos enfants afin qu'ils déploient leurs ailes en toute confiance quand ils quitteront le nid.

Encourager c'est aussi reconnaître une amélioration, remarquer un effort, partager sa gratitude.

Je tiens à adresser un énorme merci aux mamans de l'association qui m'ont accompagnée et aidée dans cette belle première aventure, merci à ma partenaire et mon double l'association Maman Caline Partenariat avec l'association Aline Mamancaline pour tout ce quelle peut m'apporter et m'offrir. Un grand merci aux parents présents avec qui les échanges ont été très riches. Ce fut vraiment un très bon moment de partage 

La Discipline Positive pour les parents solos

Couverture du livre la dp pour les parents solos 186x300

Le concept de monoparentalité est apparue dans les années 1970, cette typologie de famille a doublées en seulement quelques années.

Selon les statistique INSEE de 2015, l'enquête Couples et Familles, le nombre d'enfants mineurs en France métropolitaine vivant dans une famille monoparentale est en augmentation. (14% en 1999 et 18% en 2011)

Les familles monoparentales sont victimes de nombreux mythes et préjugés : 

  • les enfants de cette typologie de famille sont condamnés d'avance, et sont incapables de construire des relations équilibrées, 
  • se sont des enfants dont les parents doivent se remarier très vite car ils sont en perte d'un modèle parental,
  • ces enfants manquent d'estime d'eux-même,
  • ces foyers sont déstructurés

Hors la réalité est tout autre : 

Des chercheurs sont arrivés à constater qu'au sein d'une famille monoparentale il existe une réelle volonté du parent à consacrer du temps et de l'énergie à l'éducation des enfants en construisant une relation aimante

Une étude menée par l'université du MICHIGAN aux Etats-Unis sur plus de 6000 adultes a mis en évidence que 43% des enfants de foyers monoparentaux sont devenus des adultes engagés dans un mariage heureux. Le pourcentage est exactement le même que pour les enfants issus de foyer nucléaires.

Les familles monoparentales sont un jour confrontées au besoin de modèles parentaux, un enfant peut grandir seul en mettant en place un système d'aide efficace comme un cercle d'amis, de famille etc...

Pour ce qui est du manque d'estime de soi, malheureusement aujourd'hui il semble généralisé. Il est important de savoir que les parents solos peuvent tout autant répondre aux besoins de leurs enfants et peuvent également leur offrir des opportunité d'apprentissages que les autres parents. Une famille monoparentale va permettre à l'enfant de développer son besoin d'appartenance et d'importance car il va contribuer de façon active à la vie familiale.

 

Les familles monoparentales ont de nombreux atouts : 

  • elles utilisent les épreuves traversées comme de formidables opportunités d'apprentissages qui font grandir,
  • il y a dans ces familles le partage des responsabilités qui développe le sentiment d'être capable de 
  • la prise de décision se fait ensemble via les Temps d'échange en Famille (TEF) qui développe le sentiment d'appartenance et d'importance
  • le lien familiale grandit par le développement de la coopération , l'écoute et la cohésion.

Nous savons tous combien de nos jours il est difficile d'être un parents solos avec les mythes,préjugés que la société porte sur cette typologie de familles. Et pourtant elles sont de plus en plus nombreuse et ont des atouts indéniables pour le développement et la construction des enfants.

Etre parents solos est un défit à relever chaque jour ! Le livre de Jane NELSEN, Chéryl ERWIN et Carol DELZER "La Discipline Positive pour les parents solos" a été adapté en français par Béatrice SABATE Psychologue et Maître formatrice en Discipline Positive et Armelle MARTIN Avocate et Formatrice Certifiée en Discipline Positive

Ce livre regorge d'outils de Discipline Positive et apporte des pistes :

  • pour être un parents ferme et bienveillant tout en étant seul,
  • pour identifier nos points fort et savoir les mettre en avant,
  • pour apprendre à responsabiliser et à co-construire et co-grandir avec ses enfants
  • pour une co-parentalité bienveillante et ferme
  • pour trouver des idées concrètes pour être et rester en liens avec les enfants

 

Ce livre permet de porter un nouveau regard sur les familles monoparentales et est une bible d'outils qui va permettre aux parents solos d'allier bienveillance et fermeté pour donner des racines puis des ailes aux enfants. Parce que oui être PARENTS SOLOS et allier la DISCIPLINE POSITIVE pour le bon développent et la bonne construction de ses enfants c'est POSSIBLE !

Heureux à l'école tout commence à la maison

71woj xhf0l

Tout d'abord petit rappel de la législation : 

Le 16 Juin 1881,l'instruction devient obligatoire et gratuite pour tous les enfants de 6 à 13 ans. L'obligation d'instruction se prolonge jusqu'à 14 ans en 1936 puis jusqu'à 16 ans en 1959.

ATTENTION : nous disons bien INSTRUCTION pas école

 

En dehors de l'éducation nationale il existe 3 pédagogies :

  • FREINET qui travaille sur la coopération, en faisant travailler les enfants en binômes et qui considère l'enfant comme une personne à part entière avec sa propre personnalité et comme un être autonome.
  • MONTESSORI qui considère l'enfant comme un être unique et une personne digne d'intérêt, qui prête son attention sur son environnement et donne autant d'importance à l'intellectuel qu'à la motricité
  • STEINER qui a pour bases fondamentales, la spiritualité la nature et la relation à celle-ci, qui prends en compte que chaque situations vécues est une opportunité d'apprentissage.

Dans ce livre l'auteur Nathalie de BOISGROLLIER nous parle également de l'importance de jouer AVEC et DANS la nature, cette dernière contribue à résoudre de nombreux troubles tel que : 

  • l'hyperactivité
  • prise de poids et diabète,
  • hypertension
  • dépression, stress

et que cette nature permet d'améliorer :

  • sens de l'observation
  • concentration et créativité
  • motricité et mobiilité
  • acquisition du langage
  • aptitudes et cohésion sociales 

Nathalie de BOISGROLLIER, nous indiquent également les besoins qu'a l'enfant pour bien apprendre à l'école tels que se connaître soi-même, connaître ses buts, ses rêves, avoir un environnement stimulant, sécurisant et enrichissant,savoir identifier ses émotions et vivre avec, avoir des responsabilités etc...

Elle nous rappelle également combien le jeu est important et favorise l'apprentissage et le respect des règles, permet de compter, de travailler la mémoire, la logique, la motricité fine. Le jeux motive et inspire l'enfant et permet la libération des émotions, de les exprimer, du coup de les identifier.

L'auteur nous rappelle aussi qu'avoir de la motivation et un lien d'attachement est très important pour que l'enfant soit heureux à l'école.

En Discipline Positive, un enfant découragé est un enfant qui va chercher à confirmer une croyance d'incapacité.

L'ojectif mirage de l'enfant est :

Quand le parent / enseignant se sent

Et qu'il tend à réagir ainsi

La réponse en retour de l'enfant tend à être la suivante :

La croyance de l'enfant cachée derrière le comportement est probablement :

Message codé (besoin véritable) Ce que le parent / l'enseignant peut faire pour encourager l'enfant et lui apporter une réponse appropriée

Confirmer sa « croyance » d'incapacité. (baisser les bras, se sentir seul, abandonné,

découragé)

Impuissant

Démuni / désarmé Sans espoir

Incapable

Baisser les bras.

Fait à la place de l'enfant. Surprotège

Montre son manque de confiance

Accentue son retrait

Reste passif

Ne s'améliore pas / ne progresse pas. Ne réagit pas.

Evite d'essayer

« je ne crois pas que je puisse appertenir, donc je vais prouver aux autres qu'il n'y a rien à espérer de moi » (confirmation de la croyance) « je ne peux pas aider / contribueret je suis nul : inutile d'essayer, je vais rater »

Ne me laissez pas tomber – Tendez-moi la main

Saisir les opportunités d'apprentissage.

Se fixer des étapes intermédiaires.

Rendre la tâche plus simple jusqu'aux 1er succès de l'enfant.

Montrer que vous avez confiance. Na pas vous apitoyer.

Encourage toute initiative positive même minime.

Ne pas baisser les bras. Apprécier votre enfant.

Construire à partir de ses centres d'intérêt.

Encourager, Encourager, ENCOURAGER. Pratiquer TEF ou TEC

 

Notons qu'il est excellent de tenter de mettre en place avec les enfants 3 à 5 minutes de méditation quotidienne.

 

Petit point important sur le HARCELEMENT SCOLAIRE dans cet article Le harcèlement scolaire

 

En conclusion, pour qu'un enfant soit heureux à l'école il a a besoin: 

  • d'activités cognitives, créatives, physiques et en lien avec la nature
  • d'un champ émotionnel et relationnel

C'est un livre dont j'ai très apprécié la lecture et qui contient des piste de réflexions que j'aime beacoup. Merci Nathalie de BOISGROLLIER

Les 50 Règles d'or de l’éducation positive par Solenne Roland-Riché et Bénédicte Péribère

71hnrzdcafl

 

Ce petit bouquin est co-écrit par Solenne ROLAND-RICHE (Formatrice certifiée en Discipline Positive) et Bénédicte PERIBERE (psychologue clinicienne). Il tient dans un sac à main et se lt très facilement, on a la possibilité de revenir à tout moment sur une règle si le besoin s'en fait sentir.

J'avoue que je l'ai toujours sur moi et je ne m'en sépare plus ;-) va falloir que je trouve une solution pour la bibliothèque de l'association ;-)

Voici quelques règles que parcours ce super petit bouquin, et je vous laisserez découvrir les autres en fonçant l'acheter car en plus il est vraiment pas cher ;-)

  • L'éducation positive permet de bâtir la force des enfants je cite "un enfant qui n'en fait qu'à sa tête est un enfant qui a de l'indépendance, de l'autonomie et de l'esprit critique"

Etre parents est une route magnifique et pourtant difficile, les nuit blanches, les maladies, les grasses matinées envolées, tout cela risque de provoquer chez nous angoisses, doutes et fatigue.

  • Il nous suffit d'en prendre conscience et de l'accepter. Tout cela est normal
  • Contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent l'éducation positive n'est ni Marketing, ni permissive, ni récente.

En effet, un des Pères de l'éducation positive se comme Alfred ADLER (nous avons d'ailleurs des bouquins de cet auteur dans notre bibliothèque), Il est né en 1870 et est décédé en 1937, c'est un médecin autrichien et il est le fondateur de la psychologie individuelle.

La psychologie individuelle est un ensemble de théories psychologiques élaborées par le médecin autrichien Alfred ADLER. Discipline spéculative, psychologie des profondeurs, qu'on peut situer aux côtés de la psychologie analytique de Carl G.JUNG, elle est issue de manière dissidente de la psychanalyse de Sigmund FREUD qui rejettera les théories d'Adler.

ADLER voit dans le sentiment social un phénomène ayant des racines biologiques qui se développe à la naissance dans la relation mère-enfant pour s'étendre ensuite aux autres membres de la famille et à la société. Il ne s'agit donc pas d'une socialisation de la libido. Certains éthologues reprendront cette théorie.

  • Pour les enfants c'est l'apprentissage par l'imitation qui s'applique, d'où la présence des neurones miroirs dans notre cerveau.
  • La méditation, le sport, l'alimentation ainsi que le fait de se faire plaisir vont nous aider à limiter et contrôler notre stress.
  • Le jeux est créateur de liens et permet également de lutter contre d'éventuelle difficultés relationnelles
  • Utiliser les MERCI et la GRATITUDE le plus souvent possible
  • Ne pas porter de jugement
  • Utiliser l'encouragement en valorisant les progrès, les prises de risques, la persévérance

Faisons confiance à nos enfants et ayons confiance en nous, nous ne devons pas oublier qu'il n'y a pas meilleur parents que nous.

Je suis vraiment FANA de ce petit livre qui donne vraiment beaucoup de clés et quand je rencontre des parents se questionnant sur l'éducation positive c'est le livre sur lequel je les oriente car toute la Discipline Positive, y est expliquée en 50 règles vraiment simple et claires.

Je vous recommande chaudement sa lecture ;-)

Balance (SELECTA SPIEL)

Selecta 3035 balance 2

Nous choisissons de vous présenter un jeu de société fait avec nos enfants que nous trouvons très bien pour développer l'adresse, les couleurs et la concentration. Ce jeu se joue de 2 à 4 joueurs dès 4 ans.

Règles du jeu

Placer les 3 hémisphères de couleur espacés d'environ 15-20 cm chacun face bombée sur la table. Chaque joueur reçoit 7 briques.

Le joueur le plus jeune commence, à tour de rôle les joueurs lancent le dé de couleur, le joueur qui a lancé doit alors mettre une brique sur la couleur annoncée par le dé. La première est posée au milieu de l'hémisphère et les suivantes seront posées par dessus pour former une petite tour.

Quand tout s'effondre, le joueur qui a provoqué la chute doit ramasser les briques tombées.

La partie est terminée lorsqu'un joueur a réussi à poser toutes ses briques.

Dobble Kids (ASMODEE)

Gu177522 6

 

Nous choisissons de vous présenter un jeu de société fait avec nos enfants que nous trouvons très bien pour développer l'observation et la rapidité. Ce jeu se joue de 2 à 5 joueurs dès 4 ans et la partie dure environ 10 minutes. Il existe 5 variantes pour ce jeu.

But du jeu

Il faut trouver l'animal identique entre 2 cartes, le nommer à haute voix, prendre la carte, la retourner ou la poser.

Les variantes sont faites sous forme de mini jeux classés par difficultés croissantes.

 

Variante N°01 : exemple pour 2 joueurs

Installation : mélanger les cartes, poser en 4 face visible devant chaque enfants et 6 devant chaque adulte. Puis poser une carte face visible au centre de la table et ranger les cartes restantes.

Tout le monde joue en même temps et chaque joueur doit repérer l'animal identique entre l'une de ses cartes et celle qui se trouve au centre. Quand il trouve il doit nommer l'animal et retourner la carte concernée face cachée.

La fin de la partie est quand un joueur a toutes ses cartes faces cachées.

 

Variante N°02 : exemple pour 2 joueurs

Pratiquer la même installation que dans la première variante. 

Tout le monde joue ensemble, il faut être le plus rapide pour se défausser d'une de ses cartes en la posant sur la carte du centre. Pour cela il suffit de trouver l'animal identique entre sa carte et celle du centre et de le nommer. 

ATTENTION : cela implique que la carte  du centre change dès qu'un joueur pose une des siennes par dessus. 

La fin de la partie est quand un joueur s'est débarrasser de toutes ses cartes.

 

Variante N°03 : exemple pour 3 joueurs

Installation : mélanger les cartes, poser en une face cachée devant chaque joueur et composer une pioche avec les cartes restantes face visible. au milieu des joueurs.

Tout le monde joue en même temps, au top départ les joueurs retournent leur carte, il faut être le plus rapide à trouver, nommer l'animal identique entre sa carte et celle de la pioche. Le joueur le plus rapide ayant trouver prend la carte de la pioche et la pose devant lui sur sa carte. En prenant cette carte, une nouvelle carte est ainsi révélée.

L a fin de la partie est quand toutes les cartes de la pioche ont été récupérées.

 

Variante N°04 : exemple pour 3 joueurs

Installation : distribuer toutes les cartes une par une à chaque joueurs, mettre la dernière carte face visible au milieu des joueurs. chaque joueurs mélange  ses cartes et compose une pioche qu'il pose devant lui face cachée.

Tout le monde joue en même temps et retourne leur pioche face visible. Il faut être le plus rapide à se défausser des cartes de sa pioche en les posant sur la carte du centre. Toujours pour cela, repérer et nommer l'animal identique entre sa carte et la carte du centre. Comme la carte change dès qu'un joueur pose une des siennes dessus, il faut être rapide.

La fin de la partie est lorsqu'un joueur s'est défausser de toutes ses cartes.

 

Variante N°05 : exemple pour 4 joueurs

Pratiquer la même installation que dans la variante N°03.

Tout le monde joue en même temps, chaque joueur doit repérer l'animal identique entre la carte de n'importe quel joueur et celle de la pioche. Le premier joueur  qui trouve un animal le nomme, pioche la carte centrale et la pose sur la carte du joueur concerné. En prenant cette carte, une nouvelle carte est dévoilée.

La fin de la partie est lorsque toutes les cartes de la pioche ont été récupérées.

 

 

Brain Box des tous petits

Ori brain box des tout petits 1815

 

Nous choisissons de vous présenter un jeux de société fait avec nos enfants que nous trouvons très bien pour le développement de la mémoire et de l'observation. C'est un jeu accessible à tous, qui permet de développer des connaissance en vocabulaire sur différents thèmes. Ce jeu se joue à partir de 2 joueurs dès 4 ans et dure environ 10 minutes.

 

Règle du jeu

Le premier joueur prend une carte dans la boîte et retourne le sablier (avec les tous petits 4-5 ans on peut faire sans sablier). Le joueur (si sablier il y a) dispose de 10 secondes pour mémoriser les images (on laisse le temps aux enfants plus petits et on les accompagne dans le travail de mémorisation). Le joueur va ensuite répondre à la question qui lui est posée. Lorsque le sablier est vide, il passe la carte au joueur suivant. Il jette ensuite le dé pour déterminer le numéro de la question à poser (questions au verso de la carte).

Le joueur qui pose la question vérifie si les réponses sont exactes. Si c'est la cas il rend la carte au joueur. Dans le cas contraire il replace la carte dans la boîte et c'est donc au joueur suivant de jouer.

Le joueur qui au bout de 10 minutes obtient le plus grand nombre de cartes a gagné.

Les relations entre parents et adolescents

Img 0477

Selon le Dr Haim G Ginott, la période de l'adolescence ne ressemble à aucune autre période de la vie. L'enfant passe par des crises, des transformations physiques, psychologiques et neurologiques qui ne sont vraiment pas simple à gérer pour eux.

 

A cette période, l'adolescent croit qu'il ressemble de plus en plus à l'adulte, qu'il n'a plus jamais besoin d'aide ou du moins, de moins en moins besoin de l'adulte, cependant, il n'est pas encore totalement prêt pour l'indépendance. Il a besoin plus que jamais de guides, en l’occurrence ses parents, pour l'encourager, l'autoriser, le sécuriser, recevoir un enseignement et même parfois le consoler.

 

Notre rôle de parents pendant cette période n'est pas chose facile, nous ne savons pas comment aborder la personne que l'adolescent devient ni physiquement, ni psychiquement. Il est important de prendre le temps de réfléchir à ce que nous souhaitons transmettre à nos enfants. Cela nous aidera à avoir la « juste » attitude.

 

Pour un parent d'adolescent, accepter l'inévitable c'est accepter tous les changements qui vont faire de notre enfant un adulte.

 

Comment aider son adolescent ?

 

Acceptez et accueillez son attitude et son mécontentement. Si vote adolescent manque de discernement et qu'il agit de manière impulsive, ce n'est pas contre vous mais à cause de son cerveau. Rappelons que la construction du cerveau se termine vers 26 ans.

 

Nous devons dans nos réactions distinguer ce qui est acceptable de ce qui ne l'est pas. Il est important de comprendre qu'accepter ne signifie pas approuver.

 

Il est important de les secourir lorsqu'ils sont en colère, qu'ils ont peur ou qu'ils ont des ennuis sans pour autant nous approprier tout cela. L'adolescent, assuré de la tendresse et du respect des siens, doit s'aventurer seul sur le chemin de SA vie.

 

Comme pour les enfants, lors des conflits il est plus facile de trouver une solution et de restaurer la paix lorsque les émotions se sont calmées. L'utilisation du TEMPS DE PAUSE est alors un très bonne outil de Discipline Positive.

 

LE TEMPS DE PAUSE

Lorsqu'un enfant a une attitude inappropriée, il est bon de proposer un temps de pause à l'enfant : un temps où on lui demandera ce qu'il aimerait faire pour pouvoir redescendre dans sa pression, sortir de sa colère, certains vont demander un câlin, d’autres de jouer dans leur chambre, chaque enfant est différent, il est important d’écouter ce dont l'enfant à besoin si nous voulons le faire redescendre en pression si l'on veut qu'il nous écoute par la suite.

Pour le temps de pause on peut aussi aménager un espace de la maison, qui ne sera dédié qu'à cela et pour tous les membres de la famille lorsque l'un de celle-ci sent une colère monter ou bien est en colère. C'est un espace qui est aménagé de façon à se faire du bien.


Un très bonne outil également de Discipline Positive à utiliser avec l'adolescent est l'ENCOURAGEMENT. Nous avons vu dans d'autre articles, que les encouragements, tire vers le haut, motivent à bien faire, amène à une auto-responsabilisation, a une confiance en soi et une bonne estime de soi. L'adolescent va se sentir soutenu et va avoir envie de faire des efforts.

 

Notre article sur les encouragements

 

Il est également important de poser des cadres et des valeurs. Attention, il faut un cadre qui apporte de la sécurité dont l'adolescent a besoin et non un cadre qui le contraint.

 

Un dernier outil très important est l'accord.

 

Notre article sur l'accord avec l'adolescent

 

En conclusion, pour communiquer et pouvoir aider nos adolescent dans la bienveillance et fermeté il est important :

  • de se rappeler toutes les transformations physique et psychologique par lesquelles il passe,

  • décrire les faits au lieu de la personne permet à l'adolescent de se faire une juste image de lui même et l'encourage à plus de coopération,

  • l'autorité bienveillante se construit à l'aide d'un cadre à 4 niveaux :

    • Niveau 1 : ce qui est interdit c'est ce qui est lié à un cadre légal et réglementaire,

    • Niveau 2 : ce qui est non négociable c'est ce qui est lié aux valeurs familiales et à la sécurité,

    • Niveau 3 : ce qui est négociable c'est à dire que les parents et l'adolescent définissent ensemble et de manière précise les limites à respecter,

    • Niveau 4 : C'est ce qui est libre c'est à dire ce qui est OK pour les parents et l'adolescent.

 

Les conflits dans la fratrie

Img 0394

 

Il existe plusieurs façon en discipline positive pour gérer les conflits dans la fratrie.

 

  • Afin de pouvoir présenter ces outils de façon ludique aux enfants il existe une roue des choix. Cette roue présente les stratégies qui varient bien-sûr en fonction du contexte, de l'âge des enfants. C'est un outil pertinent à condition une fois de plus que l'enfant soit impliqué dans son élaboration, chaque enfant de la famille va faire sa propre roue des choix accompagné de ses parents et va donc disposer de son propre outils.

 

 

Voici un exemple de roue des choix :

 

Roue des choix

Attention comme dit plus haut cette roue n'est qu'exemple il faut que l'enfant face avec ses parents la roue des choix qui lui corresponde.

 

 

 

 

 

On également mettre dan une roue des choix, les suivants :

  • Les 3R de la réparation

  • Encouragements

  • Question de curiosité

  • Temps de pause

  • Choix limités

  • TEF

  • Conséquences Logiques

  • Proposer à l'autre un autre jeu

  • Fixer une règle

 

Qu'a-t-on, nous appris de nos relations et nos sentiments entre frères et sœurs ?

 

Lors des conflits suivant la position dans laquelle nous allons nous trouvée va engendrer différents sentiments.

 

Les sentiments qui peuvent être ressenti lors d'un conflits dans une fratrie peuvent être très nombreux : Injustice, Rancune, Sentir une préférence de par les parents, jalousie, rhétorique, surenchère, partage, réparation, débrouillardise, complicité, lutter contre, ennui, pardon, soutien, clans,  alliance, culpabilité.

 

Quels outils enseigner à nos enfants pour aider à la gestion des conflits dans la fratrie ?

 

En Discipline Positive, on va traiter les enfants de la même façon. Une grande partie des conflits dans la fratrie sont là pour attirer l'attention des parents.

 

Si l'on intervient, sans le vouloir, nous allons enfermer les enfants dans un rôle en défendant toujours celui que nous sentirons le plus faible alors que souvent les responsabilités sont beaucoup plus partagées que l'on ne le pense.

 

Pour arriver à traiter ces enfants de la même façon il existe en Discipline Positive 3 méthodes :

  1. Leur demander de sortir de la pièce de conflit et par exemple d'aller dans le jardin.

  2. Sortir vous et s'il n'y a aucun danger pour eux les laisser tous seuls régler leur problème.

  3. Vous supportez vos enfants, vous faites acte de présence dans la pièce mais n'intervenez pas.

 

En général, dans ces cas, comme l'adulte ne prend pas parti et donc n'alimente pas le conflit, les enfant vont voir que finalement l'attention qu'ils voulaient avoir en déclenchant ce conflit n'est pas là et que donc cela ne sert à rien. Cela va souvent arrêter les tensions dans la fratrie.

 

LES CAPRICES

Img 0097

 

Selon la définition du dictionnaire, le mot caprice, est une détermination arbitraire, une envie subite et passagère fondée sur la fantaisie et l'humeur. C'est une exigence accompagnée de colère.

 

D'après les œuvres d'Isabelle FILLIOZAT, on perçoit bien dans ses ouvrages que dans ce que le parents perçoit comme caprices il y a un aspect d'inconstant, d'irraisonné, d'irraisonnable. La colère n'est pas justifiée. Pour les parents dire que c'est un caprice est une solution de facilité, le problème pour ces parents se réglera par des ordres, des menaces, des punitions ou châtiments corporels.

 

En fait, ce que le parent prend pour un caprice est en réalité l'expression d'un BESOIN pour l'enfant.

 

Si les parents menacent, punissent, donnent la fessée, le problème et le besoin réapparaîtront de façon certaine et surement beaucoup plus forte.

Si les parents cherchent dans ce « caprice », l'origine du problème, arrivent à identifier le besoin et par conséquent répondent au besoin de leur enfant, ce dernier se sentira accueilli, écouté, compris. Tout s'apaisera logiquement assez vite et plus tard l'enfant sera en confiance et saura exprimer son besoin plus calmement car il aura retenu que ses parents seront toujours là pour lui, l'écouteront et lui répondront.

 

Souvent quand les parents n'arrivent pas à comprendre les motivations des comportements inappropriés de leurs enfants cela déclenche des nouvelles émotions qui les désarçonnent. Par la punition, la menace, les coups, les jugements les parents tentent de reprendre le contrôle mais finalement aggravent le problème et s'éloignent de plus en plus de leur enfant. Dans ce cas là on rentre dans une lutte de pouvoir.

 

Les caprices sont considérés comme des jeux de pouvoir de l'enfant sur les parents alors qu'en réalité, ils sont le plus souvent, des jeux de pouvoir des parents sur l'enfant.

 

Voyons un exemple, de comment essayer de régler en bienveillance ces luttes de pouvoir :

 

Adèle, 7 ans, la grande de Marc, 3 ans, dessine sur son cahier de coloriage. Marc, voulant également dessiner comme sa sœur, prend les crayons et dessine sur le mur.

 

En voyant cela leur mère, Joséphine, va arrêter Marc dans son élan, lui enlever les crayons, lui faire réparer (avec de l'aide bien évidemment) ce qu'il a fait en nettoyant le mur. Marc va alors regarder sa mère et une fois le mur propre va recommencer sous ses yeux tout sourire....

 

Dans cette situation, cette maman va alors se sentir défié, provoquée, perdante, en perte de maîtrise de la situation.

 

L'enfant, lui, de par son comportement est en recherche de laisse-moi le choix, laisse-moi participer....

 

Comment cette maman pourrait-elle faire pour sortir de cette situation autrement qu'en punissant, donnant des fessé, qu'en humiliant ?

 

 

Plusieurs possibilités s'offrent à elle :

 

  • Offrir des choix limités, on dessine sur un bloc, un cahier ou des feuilles blanches.

  • Décider de mettre les crayons de couleurs sous la responsabilité des parents et que l'enfant ait la nécessité de les demander

  • Poser un cadre fixe en début d'activité

  • Si les règles de ce cadre ne sont pas respectées, faire réparer l'enfant avec lui en lui rappelant l'accord passé en début d'activité.

  • Proposer à l’ordre du jour du prochain TEF pour ensuite à froid faire une recherche solutions.

 

Evidemment ceci est un exemple et chaque famille trouvera sa possibilité, sa solution qui lui correspond.

 

En passant par ceci, cela va éviter à la maman Joséphine, une prise de pouvoir sur son fils. N'oublions pas que le « POUVOIR » est à l'origine de la violence. Les parents sont responsable du bien être et du bon développement physique et affectif de leur enfant.

 

Chaque fois qu'un parent a le sentiment que l'enfant cherche à exercer du pouvoir sur lui, il doit PRENDRE DU TEMPS et RAISONNER en terme de BESOIN.

Au titre de notre partenariat, Sécurange vous propose

Fb img 1443437626716

 

Suite à notre partenariat, l'association Mamancaline vous propose :

  • l'organisation de réunions de prévention et d'information sur les sièges, les nouveaux sièges, les derniers résultats de crash-test, la réglementation. Des démonstrations pour la bonne installation de votre siège auto. Le lieu de ces réunions vous sera communiqué en même temps que la réunion vous sera annoncée,. 
  • l'association Sécurange offre les autocollants aux adhérents notre association,
  • l'association Sécurange co-animera les cafés avec l'association Mamancaline et notre association. Cela permettra d'avoir des cafés-parents très complets qui couvriront tous les sujets et les questions que nous pouvons nous poser en tant que parents.

1 2 3 hop là ! (HABA)

Ob add10af6ca03db621839e602af40b412 haba5961ter

Nous choisissons de vous présenter un jeu testé avec nos enfants. Ce jeu développe le jeu libre, la compréhension d'une première règle de jeu et l'apprentissage du calcul avec les chiffres de 1 à 5.

1) Jouer librement et découvrir les détails.

En pratiquant le jeu libre, l'enfant se familiarise avec les accessoires. Profitez en pour jouer avec lui et découvrir ensemble les illustrations. Racontez à votre enfant ce qu'il y a à voir sur les plateaux, vous stimulerez ainsi son langage et son attention. Vous pouvez aussi jouer des petites scènes avec une grenouille qui va rendre visite aux canards. l'enfant pourra bien sûr aussi faire tomber les grenouilles dans l'étang en glissant sur le cours d'eau.

2) 1 et 2: petits sauts de grenouilles

Règle du jeu

Les enfants jouent à tour de rôle, l'enfant qui dira le plus vite "Coaaa" commence en lançant le dé. Pensez à demander à l'enfant combien il y a de points sur le dé ? 

L'enfant avance ensuite sa grenouille du nombre de cases correspondant au nombre de points. Incitez l'enfant à compter à voix haute en même temps que vous. Le dé est ensuite passé à l'autre enfant. 

Quand les grenouilles arrivent à l'escalier, les enfants continuent de les avancer marche après marche de la même manière que sur les cases. Quand une grenouille arrive sur la dernière marche, elle a encore besoin d'un bon pour se rafraîchir dans l'étang.

Fin de la partie lorsqu'avec le dernier lancé de dé, l'enfant pose sa grenouille sur le cours d'eau et la laisse glisser dans l'étang.

3) 1,2,3 : grands sauts de grenouilles

Règles du jeu :

L'enfant qui dit le plus vite "1 2 3 grenouille c'est à toi ! " commence. le partie se déroule dans le sens des aiguilles d'une montre et chaque enfant joue à tour de rôle. Pensez à demandez à l'enfant ce qu'il voit sur le dé.

  • 1,2,3 points : la grenouille avance selon le nombre de point, l'enfant compte à voix haute en même temps que vous.
  • la Grenouille : Grand concert de grenouille ! elle donne le signal pour que tous les joueurs se mettent à coasser ensemble, puis le jeu continue.

Les chardons piquants, la grenouille ne peut pas aller sur les chardons piquants. Si la grenouille devait atterrir sur une case avec des chardons piquants, elle doit d'abord prendre son élan pour pouvoir sauter par dessus. Si ce n'est pas le cas, qu'elle n'a pas d'élan, elle reste dons devant la cases des chardons piquants et attends le tour prochain pour essayer de sauter par dessus.

Fin de la partie lorsque l'enfant pose sa grenouille sur le cours d'eau et la laisse glisser dans l'étang. cet enfant dit alors "vive la fête à la grenouille" en sautant comme une grenouille autour de la table.

4) Exercice pour compter jusqu'à 5

Assemblez l'étang des grenouilles et posez les questions suivante : 

  • combien vois-tu de poissons ?
  • Combien de libellules y-a-t-il ?
  • compte les feuilles de nénuphars ? 
  • combien de poussins jaunes vois-tu ?
  • compte les oeufs dans le nid ? 
  • Combien de fleurs rouge vois-tu ? 
  • même questions avec les fleurs Jaunes, roses et blanches.

Au début, comptez avec lui, si vous sentez qu'une question est trop difficile laissez la de côté. Vous pouvez bien sûr inventer vous même les questions.

 

 

 

Hop Hop Galopons (HABA)

2389446 3 w

 

Nous choisissons de vous présenter ce jeu testé avec nos enfants que nous trouvons vraiment très bien pour le développement de l'observation et la prise de décision. Ce jeu permet également une première compréhension des règles de jeu, il se joue de 2 à 4 joueurs dès 3 ans jusqu'à 12 ans.

Il existe 3 variantes pour ce jeu.

 

Règle du jeu

Chaque joueur choisi un cheval et le met dans le pré qui est la case de départ.

Le jeu se joue à tour de rôle dans le sens des aiguilles d'une montre. C'est celui qui a caressé un cheval en dernier qui commence à défaut le plus jeune.

Le dé rouge indique de combien de caseS il faut avancer son cheval

Le dé bleu indique qu'elle pièce du puzzle on a le droit de prendre et de poser sur notre plateau.

Puis c'est au joueur suivant de lancer les dés.

La partie se termine quand un des joueurs a fini en premier de remplir son plateau et à ramener  également son cheval au box.

 

Les 3 variantes

La variante simple : Le jeu sera simplifié si l'on exécute les actions des deux dés.Si, pendant un tour, il n'y a plus de place pour poser la pièce de puzzle indiquée par le dé, on ne peut pas compléter son puzzle pour ce tour.

La variante saut d'obstacle : Avant de commencer à jouer poser 1 ou 2 obstacles au milieu du circuit sur n'importe quelle case. Les chevaux n'ont pas le droit d'aller sur les cases où se trouvent les obstacles et doivent sauter par dessus.

La variante 1 seul dé : Celui dont c'est le tour doit choisir un des deux dés avant de jouer.

Pyramide d'animaux (HABA)

Pyramide danimaux petit format

 

Nous choisissons de vous présenter un jeu testé avec nos enfants. Ce jeu développe l'habileté, la motricité fine et la coordination main yeux. Il se joue de 2 à 4 joueurs dès 4 ans. Il existe 2 variantes.

 

Règle du jeu

Ce jeu se joue dans le sens des aiguilles d'une montre, c'est le joueur le plus jeune qui commence. Chaque joueur prend 7 animaux différents, le crocodile sera la base de la pyramide. Le premier joueur lance le dé, si le dé annonce : 

  • 1 point : Le joueur prend un animal de sa réserve et le pose prudemment sur un autre en se servant d'un seule main.
  • 2 points : Le joueur prend deux animaux dans sa réserve et les empile avec précaution.
  • Le crocodile : Le joueur prend un animal dans sa réserve et le pose le plus près possible de la mâchoire ou de la queue du crocodile de façon à ce que les deux animaux se touchent. La surface d'empilement va de cette façon être agrandie. Dès l'instant, les joueurs auront le droit de poser des animaux sur cet animal.  A chaque fois que le dé tombera sur ce symbole, le joueur pourra prendre un animal de sa réserve et le poser.
  • La main : Le joueur choisi l'un de ses animaux et le donne à n'importe quel joueur. C'est à lui maintenant de poser prudemment cet animal sur la pyramide d'animaux.
  • Le point d'interrogation : Les autres joueurs annoncent quel animal le joueur va devoir poser sur la pyramide d'animaux.

 

Si la pyramide s'effondre :

  • Si 1 ou 2 animaux tombent, le joueur qui a essayé de les poser les prend et les met dans sa réserve.
  • Si plus de 2 animaux tombent, le joueur empileur en prend 2 et les autres sont remis dans la boite.
  • Si toute la pyramide tombe, le joueur empileur prend 2 animaux. Le crocodile est à nouveau posé au milieu, les animaux sont remis dans la boite.
  • Si les animaux tombent sans que l'un des joueurs ne les ait touchés, ils sont remis dans la boite.

La partie se termine dès qu'un joueur n'a plus d'animaux devant lui.

 

Variante

  • Seul : Le but est d'empiler le plus d'animaux possible sans que la pyramide ne s'effondre.
  • Empileurs expérimentés
    • S'il y a moins de 4 joueurs, répartissez les animaux restant entre vous,
    • si les animaux tombent par terre, le joueur empileur doit alors prendre 5 animaux,
    • si celui dont c'est le tour de jouer n'a plus qu'un seul animal devant lui, il n'a plus le droit de lancer le dé. Il prend cet animal et le pose sur la pyramide.

Mon premier verger (HABA)

Mon premier verger 800bis

 

Nous choisissons de vous présenter un jeu testé avec nos enfants. Ce jeu développe le jeu libre, l'observation, les premières règles de jeu, le reconnaissance ainsi que la différenciation des couleurs et des formes. Ce jeu se joue de 1 à 4 joueurs dès 2 ans.

 

Règle du jeu :

On joue dans le sens des aiguilles d'une montre, celui qui a mangé une pomme en dernier commence à défaut le plus jeune. Le premier joueur lance le dé, si le dé annonce :

  • 1 couleur :  Le joueur cueille le fruit de la couleur du dé dans l'arbre correspondant et le met dans le panier. S'il n'y a pas de fruit dans l'arbre il ne se passe rien, le joueur suivant lance le dé.
  • Le panier de fruit :  Le joueur cueille n'importe quel fruit dans n'importe quel arbre. et le met dans le panier.
  • Le corbeau : Le joueur pose le corbeau sur la carte suivante du chemin, le corbeau se rapproche alors du verger.

Puis c'est au tour du joueur suivant.

Si les joueurs réussissent à cueillir tous les fruits avant que le corbeau n'arrive au verger ils gagnent la partie.

Si le corbeau dépasse la dernière carte du chemin, il se retrouve alors dans le verger avant que les fruits ne soient cueillis, les joueurs perdent tous la partie et le corbeau a gagné.

Yakari dominos (ASS)

Sans titre 5

Nous choisissons de nous présenter un jeu testé avec nos enfants. C'est un jeu qui développe l'observation et la concentration. Ce jeu se joue de 2 à 4 joueurs dès 3 ans, la partie est d'environ 10 minutes.

Règle du jeu :

Chaque joueur reçoit 7 dominos Yakari. (7 dominos à 2 joueurs, 6 à 3 ou 4 joueurs) distribués face cachée. Le joueur ayant un double commence, à défaut le plus jeune si plusieurs joueurs ont des doubles.

Le joueur suivant pose à son tour le domino ayant le même dessin sur au moins un côté du domino précédemment posé. S'il n'a pas le domino, le joueur pioche alors un domino dans la pioche et passe son tour.

Le premier ayant posé tous ses dominos a gagné.

 

Pippo (GIGAMIC)

Sans titre 4

 

Nous choisissons de vous présenter un jeu testé avec nos enfants. C'est un jeu qui développe l'observation, la mémoire et la rapidité. ce jeu ce joue de 2 à 8 joueurs et dès 4 ans. Il dure environ 15 minutes.

Les animaux de Pippo le fermier sont des chevaux, des vaches, des chèvres, des chiens et des chats. Il manque à Pippo toujours l'une ou l'autre bête.

 

But du jeu :

Sur les cartes représentant les 4 animaux, il manque toujours le cinquième. Il faut donc repérer cette bête parmi les cartes étalées sur la table.

 

Règle du jeu :

Le joueur le plus jeune commence. Il retourne la première carte de la pile qui représente 4 animaux de 4 couleurs différentes. les joueurs doivent alors chercher l'animal manquant et la couleur manquante sur l'une des cartes ne représentant qu'un seul animal.

Dès que l'un des joueurs a découvert parmi les cartes l'animal manquant dans la couleur correcte, il pose vite le doigt sur la carte en question et dit "j'ai le chat rouge !" (par exemple. Il gagne alors la carte qui a été retrouvée et la pose devant lui.

Puis au joueur suivant de tirer une carte 4 animaux et ainsi de suite dans le sens des aiguilles d'une montre.

Le jeu se termine lorsque la dernière carte de la pile a trouvé propriétaire. Le joueur qui possède le plus de cartes a gagné.

 

Trouve le bon chemin (GOKI)

Sans titre 3

 

Nous choisissons de vous présenter un jeux testé avec nos enfants. C'est un jeu qui développe la manipulation, l'observation et la réflexion. Ce jeu se joue de 1 à 2 joueurs et dès 4 ans.

Le petit plus de ce jeu est qu'il est entièrement en bois. Son but est de relier les animaux les uns aux autres et ceux-ci ne peuvent se voir qu'en passant par les chemins.

 

Règle du jeu :

  • A 2 joueurs :

Le premier joueur retourne une des 20 cartes. 2 couples d'animaux y sont représentés. On doit leur construire un chemin. Le premier joueur doit construire un chemin entre ses 2 animaux. Il prend pour cela une pièce de puzzle appropriée. Après que le premier joueur ait posé sa pièce sur le plateau, le second joueur peut prendre à son tour une autre pièce et essai un chemin entre ses 2 animaux représentés sur la carte qu'il aura tiré. Les joueurs posent les pièces du puzzle chacun leur tour jusqu'à ce qu'un des joueurs ait construit le chemin entre ses animaux.

  • Seul :

Si l'enfant joue seul, il doit construire les chemins de façon à ce que les 2 couples d'animaux présents sur la carte puissent se rencontrer et cela sans barrer la route à l'autre couple.

Bata-Waf (DJECO)

Sans titre 2

 

Nous choisissons de vous présenter un jeux testé avec nos enfants. C'est un jeu qui développe l'observation et la rapidité. Ce jeu se joue de 2 à 4 joueurs et dès 3 ans.

C'est un jeu de bataille spécialement conçu pour les tous petits et le but est de récupérer toutes les cartes du jeu.

 

Règle du jeu :

Distribuer toutes les cartes. Chaque joueur pose son paquet de cartes devant lui face cachée.

Les joueurs retournent en même temps la première carte de leur paquet. Celui qui a mis la carte avec le chien le plus gros remporte le pli. Parfois il arrive que les joueurs retournent 2 cartes avec des chiens de même tailles.

Ils doivent alors dire "BATA-WAF". Ils mettent chacun au-dessus de leur carte une autre carte face cachée, puis encore une autre carte face découverte. Celui qui a mis la dernière carte avec le chien le plus gros remporte le pli.

L'avantage c'est que les enfants qui ne savent pas compter peuvent facilement repérer qui remporte le pli, en comparant la taille des chiens.

 

 

×